News
Les Partenaires
Les Ecoles
La Presse
Médiathèque
Livre de bord
Livre de bord
News-letter
Le Projet
Le Skipper Le bateau
BONNE ANNEE 2009
 
Le compte ? rebours va se mettre en place...

Mercredi 1er Octobre 2008

Cela fait maintenant plus d'un an que je partais en direction du Br?sil avec mon fid?le Rackham Le Rouge, que de souvenirs...

Depuis ce retour au pays, deux projets ?taient en constante agitation dans ma t?te : La mise en place d'un projet Class 40 avec comme objectif La route du rhum et la mise en place d'une ?cole de voile au Tr?port. Deux gros projets...

Les deux se sont pr?par?s et c'est avec l'?cole de voile qu'on va repartir sur l'eau avec notre fid?le partenaire : Le Tr?port !

Le compte ? rebours officiel va bient?t d?marrer !

Deux programmes : voile l?g?re et habitable

Tenez vous pr?t !!!

David

AFFILIE A LA F.F.VOILE !

Nous avons le grand plaisir de vous annoncer l'affiliation du club ? la F?d?ration Fran?aise de Voile.

Vous pouvez d?sormais prendre votre licence f?d?rale chez nous depuis le 1er juillet.

La lenteur administrative ne nous permet pas de vous proposer de la voile au Tr?port cet ?t? mais on pr?pare la rentr?e !

Le nouveau site devrait bient?t voir le jour.

A Bient?t

Une premi?re dans le bassin de commerce !

Malgr? le temps un peu capricieux, les Optimists, 420 et le Trimaran Weta ont fait une centaine d'heureux, de 3 ? 80 ans. David sur la s?cu avec les Optis aid? de Fran?ois en "skipper accompagnateur junior", Thomas et Marc en capitaine de 420 et Eric sur son Weta ont vraiment bien assur?s. Pierre ? la gestion des arriv?s et des d?parts.

Marie notre pr?sidente et Nat ?taient ? terre pour les ateliers animations et la sensibilisation sur les d?chets en mer.

Bravo ?galement ? notre "transporteur" Vincent qui aux commandes de son vito ? assur? la logistique faute de naviguer...Attention ? ton dos...

Bravo ? toutes les assos qui se sont greff?es ? cette f?te, c'est le d?but d'une belle collaboration, merci aux autorit?s portuaires pour avoir eu le droit d'?voluer dans ce bassin de commerce.

 

F?te du Nautisme le 17et 18 mai !

Vous ?tes tous invit? sur notre stand ce w.e au bassin de commerce du Tr?port de 10h ? 18h.

D?couverte en d?riveur, r?gate de mod?les r?duits, puces nautiques, jeux et animations pour les petits et pour les grands, d?monstrations de la snsm avec h?litreuillage, visite du bateau pilote et du bateau snsm, concert le samedi soir.

Venez ?galement  signer la charte Echo-Mer et contribuez ainsi ? la protection de l'environnement.

Venez nombreux !

Naissance des nouveaux projets !

Jeudi 10 avril 2008

L'ann?e 2008 va ?tre riche en mati?re de projets et de changements...

L'association "Sensation 6.50" qui soutient David depuis le d?but a d?cid? d'?largir ses comp?tences, il a fallu changer les statuts, on en a profit? pour changer de nom et de logo !

C'est d?sormais "Sensation Large" affili? ? la F?d?ration Fran?aise de Voile qui va prendre le relais avec des objectifs diff?rents : proposer de l'enseignement sur la Ville du Tr?port, continuer ? faire partager la course au large de 7 ? 77 ans(et plus).

Pour les projets de course, David a pr?f?r? mettre en place une nouvelle structure consacr? essentiellement ? la gestion du projet course avec deux objectifs : La Transat Jacque Vabre 2009 et la Route du Rhum 2010 en Class40.

Je vous annonce ?galement que notre fid?le Rackham Le Rouge a chang? de capitaine, c'est Olivier Lardeur, un skipper qui a d?j? quelques milles dans les bottes, il avait rencontr? David et Rackham Le Rouge sur la Transgascogne 2007, course d?sormais historique avec ce gros coup de vent pris dans la figure, David avait termin? 4?me de la premi?re ?tape, heureux mais plus de voile pour la seconde ?tape ...

A tr?s bient?t

                                                   Toute l'?quipe de "Sensation Large"

BONNE ANNEE 2008

Pour commencer l'ann?e, vous pouvez visionnez la vid?o tourn?e ? bord en cliquant sur le lien suivant : http://www.dailymotion.com/rack984/video/x3usqi_transat-650-le-treport-2007_extreme

A Bient?t

David Le Carrou

Retour au Tr?port pour Rackham Le Rouge

Lundi 17 d?cembre 2007

Apr?s avoir parcouru l'Atlantique en marche arri?re (regardez bien la photo)? 20 noeuds de moyenne, Rackham Le Rouge est arriv? le 10 d?cembre ? Lorient apr?s s'?tre mis ? l'abri de la temp?te derri?re Belle ?le pendant 24 h...

C'est dans la nuit de jeudi ? vendredi qu'il a termin? son voyage retour en prenant l'autoroute...dans le bon sens cette fois-ci !

L'heure est ? la pr?paration des projets 2008, beaucoup de paperasse en cette fin d'ann?e mais on vous r?serve des surprises !

Samedi 15 d?cembre, j'ai rencontr? les ?l?ves de LDM avec leurs parents, la vid?o enfin termin? a ravi tout le monde, vid?o que l'on mettra en ligne bient?t.

A bient?t

David

Derni?re journ?e au Br?sil...

Ca y est, le bateau est sur son ber pr?t ? embarqu? avec ses petits copains, hier c'?tait le montage du ber sous hangar dans une chaleur assez d?courageante et aujourdh'ui c'?tait la sortie d'eau. Ambiance Br?silienne avec des m?thodes "Africaines" pour le grutage...

Le village Transat 6.50 s'est transform? en village Transat Jacques Vabre depuis lundi, j'ai pu accueillir les 5 multicoques arriv?s, j'aimerai bien pouvoir accueillir les monocoques 60 et les 40 mais il faudrait ralonger le s?jour d'une dizaine de jours...

C'est tr?s sympa de pouvoir discuter avec eu et d'?changer nos sensations dans une ambiance assez d?tendue, la plupart d'entre eux sont d'ailleurs d'ancien Ministes.

Bon c'est fini ... demain c'est le grand saut en avion pour retrouver les temp?ratures Fran?aises mais j'esp?re vous ramener un peu de soleil !

A tr?s bient?t

David

Bient?t le retour...

Mercredi 7 Novembre- 14h47 au Br?sil

La derni?re c?r?monie officielle va ?tre donn?e ce soir, jusqu'? pr?sent il faut dire que l'on est bien g?t?, entre les sorties sur les ?les  paradisiaques, les soir?es spectacles o? l'on d?couvre la fameuse danse Capoera et les sorties en mer ? bord des Sav?ros bateaux du Br?sil o? la Ca?pirena et la musique Br?silienne prennent place...C'est une belle r?compense...

C?t? boulot Rackam Le Rouge est en cours de d?montage pour une sortie d'eau le 15 novembre, cette fois-ci notre cher partenaire Sommalev ne pourra pas s'occuper de la manoeuvre... Il reprendra lui la mer sur le pont d'un cargo avec ses petits copains pour 12 jours de mer avec une arriv?e pr?vue ? Lorient entre le 10 et le 15 d?cembre.

Moi je prendrai la route retour le 17 par les airs pour une arriv?e pr?vu 15 heures apr?s...Il y a effectivement des transports plus rapide que le Mini !

Je vais peut-?tre accueillir les premiers de la Transat Jacques Vabre, histoire de me donner des id?es...

D?s mon retour, je vous pr?pare une vid?o pour vous faire partager cette aventure et vous en pr?parer une autre !

A tr?s bient?t

David

Ca, c'est fait !

Quel bonheur de vivre ces moments intenses d'arriv?e, je peux vous dire que ce moment ?tait attendu...C'est une grosse grosse aventure que j'ai v?cu l?, difficile pour le moment ? d'?crire.

Je peux vous dire en tous cas que Rackham Le Rouge et moi, on a "v?cu"un truc.

Les trois derniers jours ont ?t? usant moralement avec un spi qui ne veut pas descendre et une mer qui stop une envie de monter au m?t pour donner le coup de couteau n?cessaire, mon code5 ?tait un peu petit pour les petits airs des derni?res 24h qui m?nt co?t? pas moi de 3 places  durement achet?es les jours d'avant, mais c'est comme ?a !

Plein d'?change de bonheur entre tous ces premi?res heures pass?es ? terre...

Des sourires et des yeux qui p?tillent sur tous les visages ! Une premi?res nuit Br?silienne bien rythm?e...

Aujourdh'ui, c'est grand nettoyage, je vais commencer ? r?aliser petit ? petit...

Qu'est ce que c'est bon !

29 octobre 2007 ? Retour ? la vie terrestre

Bonsoir,

 

 

Apr?s 23 jours et presque 4 heures de mer depuis Mad?re, Ville du Tr?port est enfin amarr? ce soir au terminal nautico de Bahia, parmi les 62 mini (protos et s?rie confondus) qui se sont succ?d?s ces deniers jours sous le soleil br?silien. L?accueil traditionnel, avec ca?pirinha et ? baignade s?est r?p?t? 13 fois aujourd?hui, avec l?arriv?e de 10 bateaux de s?rie et de 3 protos.

 

David, qui termine cette ?tape en 24?me position, se classe donc 23?me des bateaux de s?rie au classement g?n?ral cumul? des deux ?tapes, pour un temps total de travers?e de 30 jours 16 heures et 8 minutes ? la vitesse moyenne de 5,71 n?uds (calcul?e sur la distance orthodromique entre La Rochelle et Bahia, soit 4 200 milles). Compte tenu du fait que la route r?elle est sup?rieure ? la route directe th?orique, et que la travers?e du pot au noir ? ?t? difficile (nombre de skippers ont trouv? le franchissement de la ZCIT particuli?rement compliqu? cette ann?e), la vitesse de Rackham le rouge doit plut?t se situer autour de 6,5 n?uds : pas mal pour un bateau de s?rie de 6,50 m?tres !

 

La fin de course a ?t? laborieuse, le vent ?tant totalement tomb? dans la matin?e sur la baie de tous les Saints. Dans ces conditions, le temps semble forc?ment tr?s long, scotch? ? quelques encablures de la ligne ? mais permet aussi de reprendre doucement contact avec les r?alit?s terriennes. Apr?s 23 jours de solitude, le contraste est saisissant entre l?immensit? de l?oc?an Atlantique et les buildings de Bahia (ou plus exactement Salvador de Bahia), agglom?ration de plus de 3 200 000 habitants ?

 

Cette ville, fond?e en 1549, s?est d?abord d?velopp?e autour de la culture de la canne ? sucre. Situ?e ? l?entr?e d?une vaste baie abrit?e d?couverte en 1502 par Amerigo Vespucci, ? bahia de os Santos ? (la baie de tous les Saints),  son port devient rapidement lieu de transit des esclaves venus d?Afrique, ce qui lui vaut le surnom de ? Bahia la noire ?.

Salvador de Bahia a ?t? la toute premi?re capitale royale du Br?sil, jusqu?en 1763 et le transfert du pouvoir administratif ? Rio de Janeiro. Le pass? de la ville se retrouve dans l?architecture de son centre historique, le ? Pelourinho ? aux b?timents coloniaux color?s si caract?ristiques datant des XVI au XVIII ?me si?cles, class?s au patrimoine mondial de l?humanit? par l?UNESCO.

Organis?e autour de la ville haute (les quartiers historique) et la ville basse, reli?es entre-elles par un ascenseur monumental, Bahia s?est beaucoup d?velopp?e et modernis?e ces derni?res d?cennies et ce sont maintenant des buildings modernes qui accueillent le visiteur venu de la mer.

 

Ouverte sur le monde par son port, Bahia a subi les influences de plusieurs cultures : europ?enne de par la colonisation portugaise, africaine et bien sur am?rindienne. Est-ce ce m?tissage qui est ? l?origine de la r?putation des bahiannais, toujours prompts ? danser et faire la f?te ? Toujours est-il que chaque occasion est propice ? la danse et le carnaval de Bahia est r?put? pour ?tre le plus grand carnaval populaire de tous le Br?sil. La ville a d?ailleurs la r?putation d??tre la capitale musicale et artistique du pays. Gilberto Gil, un des plus c?l?bres musiciens du Br?sil, v?ritable ambassadeur de la culture de son pays (et accessoirement ministre de la culture), est d?ailleurs originaire de Bahia.

 

Tr?s touristique, Bahia joue ?galement sur ses plages, ? proximit? imm?diate de la ville. Le livret remis par l?organisateur de la course ? chacun des skippers avant le d?part fait d?ailleurs bien ?tat de ces plages, avec une mention particuli?re pour les femmes engag?es dans cette Transat : ? mesdames, maillot br?silien de rigueur ! ?.

 

Pour en savoir plus sur cette ville color?e et anim?e, que les ministes vont certainement d?couvrir ensemble pendant quelques jours, avant de d?sarmer leur bateau en pr?vision du retour en France par cargo, voici les liens vers quelques sites (choix personnel et absolument non exhaustif ?) :

 

http://lsinzelle.free.fr/bresil/salvador-1.htm

 

http://www.nimbustier.net/photos/2005/11/salvador.html

 

 

et pour ceux qui parlent couramment le portugais, le site de la ville de Bahia : http://www.bahia.com.br/index.asp

 

 

J?essaierai de joindre David demain,

 

Bonne nuit,

 

Eric

 

Dans la galerie photo, les toutes premi?res images de l?arriv?e de David, verre de ca?pirinha ? la main !

29 octobre 2007 - Ville du Tr?port ? Bahia !

C'est ? 16 heures 04 minutes et 9 secondes heure fran?aise que David a franchi la ligne d'arriv?e de la Transat 6,50 2007, bouclant cette seconde ?tape entre Mad?re et Bahia en 23 jours 3 heures 47 minutes et 9 secondes.

Les derniers milles ont du lui sembler bien longs, totalement emp?tol? ? l'entr?e de la baie de tous les Saints.

A ce soir pour de plus amples nouvelles.

Eric 

28 octobre 2007 ? Derni?re nuit en mer

Et oui, c?est tr?s probablement la derni?re nuit que passe David seul en mer sur Rackham le Rouge, repr?sentant la ville du Tr?port dans l??dition 2007 de la Transat 6,50. D?j? 22 jours qu?il s?est ?lanc? de l??le portugaise de Mad?re, cap sur le Br?sil, et cette nuit aura certainement une saveur toute particuli?re, entre l?envie d?en finir au plus vite, de retrouver tr?s prochainement Nat et Hugo et, en m?me temps, de savoir qu?une page se tourne apr?s toutes ces ann?es ? vivre ? mini ?.

M?me si l?aliz? ne semble pas souffler au-del? de 10 n?uds, de secteur nord-est le long des c?tes br?siliennes, Ville du Tr?port devrait entrer dans la baie de tous les Saints dans la matin?e de demain, mais ? quelle heure ? Suspense !

 

Premi?re femme de cette Transat 6,50 2007, Isabelle JOSCHKE a franchi la ligne hier soir, apr?s 21 jours 7 heures et 37 minutes depuis le d?part de Mad?re. Isabelle, qui avait remport? la premi?re ?tape entre La Rochelle et Mad?re, esp?rait bien monter sur la plus haute marche du podium. Depuis quatre ans, elle s??tait consacr?e enti?rement ? la r?alisation de cet objectif, mais le sort en a d?cid? autrement, apr?s la grosse avarie subie entre les Canaries et le Cap-Vert, puis encore avec la rupture de la sous-barbe qui l?a oblig?e ? jouer de la perceuse sur son ?trave au milieu de l?oc?an. Et si elle ne termine finalement qu?? la 20?me place au g?n?ral, elle a ?t? accueillie par tous ses pr?d?cesseurs avec un grand respect. Si cette Transat marque la derni?re course d?Isa sur le circuit mini, il va falloir se souvenir d?elle, car elle risque vite de briller en Figaro, puis en 60? ? Apr?s Isabelle AUTISSIER, Ellen Mac ARTHUR, Karen LEIBOVICI, la mini Transat est un aussi r?v?lateur de talents f?minins ?

 

En s?rie, c?est Laurence CHATEAU qui a l?honneur d??tre la premi?re femme de l??tape, en 22 jours 2 heures et 58 minutes, mais c?est B?n?dicte GRAULLE, arriv?e 32 minutes derri?re elle, qui remporte le privil?ge d??tre la premi?re femme au classement g?n?ral s?rie de la Transat 6,50 2007.

V?ronique LOISEL devrait suivre, au coude ? coude avec David.

 

A demain, d?s que j?ai des nouvelles?

 

Eric

27 octobre 2007 ? J - 2

Bonsoir,

 

Aux derni?res nouvelles, 36 bateaux au total ont franchi la ligne d?arriv?e, 12 en s?rie et 24 en proto. Il reste donc ce soir encore 47 bateaux en course, dans un aliz? qui commence ? faiblir en adonnant. Les derniers milles devraient donc se faire au portant, avec une dizaine de n?uds de vent. L?ETA de Ville du Tr?port est pour l?instant fix? pour lundi, aux environs de 11 heures (heure fran?aise).

 

Au classement le plus r?cent communiqu?, ? 15 heures, le dernier proto ? s??tre amarr? ?tait le n? 679 ? Sitting Bull ?, ? Samuel MANUARD. Sam, architecte naval renomm? et ministe multir?cidiviste, faisait partie des grands favoris au d?part de La Rochelle, mais le sort en a d?cid? autrement lors de la descente expresse vers le Cap-Vert.

Voici le r?cit qu?il a fait de son avarie : ? Cela s?est pass? dans un "vrac", pas tr?s brutal. Le pilote s?est mis tout seul en mode "stand by", et dans une rafale ? 28 noeuds, le bateau a commenc? ? d?raper, tout doucement... J?ai choqu? le spi. Deux secondes trop tard. J?ai entendu un gros craquement, et le lendemain, j?ai constat? les d?g?ts. J?ai fait demi-tour pour regagner Mindelo. 450 milles sans spi, avec 400 litres d?eau ? l?avant!!. Il y avait l? beaucoup de concurrents en escale, et beaucoup parlait d?abandon. Pour moi, il n?en ?tait pas question. la course ?tait perdue, mais il fallait la terminer. J?ai donc pris mon temps, 50 heures, pour reconstruire l?avant du bateau. Le balcon ?tait arrach?, avec la cad?ne. Il fallait tout reprendre sur la varangue, reconstruire le pont... beaucoup de gars avaient qui de l??poxy, qui des tissus de carbone, notamment Alex (Pella). J?ai repris la mer 12 heures apr?s Isa... et j?ai pris plaisir ? naviguer, sortant assez rapidement du pot au noir pour un long, tr?s long bord au plus pr?s du vent. Bien ballast?, le bateau marchait comme un avion... ?.

 

Ca aussi, c?est l?esprit mini : m?me quand on sait qu?il n?y a plus d?espoir de vaincre et qu?il serait facile de rentrer ? la maison, avec plein de bonnes raisons pour abandonner la course, les skippers s?accrochent, pour la beaut? du geste et le plaisir d??tre seul en mer, avec son bateau. Isabelle JOSCHKE, qui a subi ?galement une avarie peu apr?s les Canaries avec la rupture de son bout-dehors et qui avait pens? abandonner pendant quelques heures, avant de d?cider de r?parer et de continuer malgr? tout, comme Sam MANUARD, est attendue incessamment ? son tour ? Bahia par les autres skippers.

Comme tous, elle va avoir droit ? un accueil chaleureux par ses camarades de jeu, une petite ca?pirinha (le ? Ti?Punch ? br?silien) et une baignade plus ou moins volontaire dans le port ! (une tradition bien ?tablie, qui va se r?p?ter 83 fois ? heureusement que l?eau est chaude).

 

Et c?est aussi pour vivre ces moments l? que tous les ministes ont tout sacrifi? pendant plusieurs ann?es, pensant mini, r?vant mini, vivant mini, et qu?ils ont accept? d?endurer les dures conditions de vie qu?imposent une course oc?anique de 4 200 milles (un peu moins de 7 800 km) sur une coque de noix.

 

La vie d?un ministe en course ressemble en effet ? celle d?un asc?te, enti?rement consacr? ? la marche de son bateau (ce qui contraste parfois singuli?rement avec le c?t? convivial de la classe Mini, ? terre !).

De fait, le bateau ne fait que 6,50 m?tres de longueur de coque, pour un espace int?rieur d?environ 3 m?tres cube. Et cet espace est  presque enti?rement occup? par les voiles d?avant (2 spi, un code 5, un genak) et le mat?riel n?cessaire ? la travers?e (c?est-?-dire pour l?essentiel la nourriture et les bidons d?eau, plus le mat?riel de s?curit?). Il n?y a pas de place pour s?allonger, hormis sur les voiles ou dans l?espace ?troit sous le cockpit, mais de toute fa?on les skippers ne dorment jamais plus de 20 minutes d?affil?es (une grosse alarme se chargeant de les r?veiller, sauf s?ils oublient de la mettre ?). Et sur un proto la place int?rieure est encore plus r?duite : la cabine est travers?e sur chaque bord par les puits de d?rive, et les palans de la quille basculante encombrent le peu d?espace restant.

 

L?humidit? ? bord est par ailleurs permanente : m?me si la descente est bien prot?g?e et que l?eau ne rentre pas directement dans le bateau (? part dans des conditions extr?mes comme celles rencontr?es lors de la Transgascogne), ? chaque changement de voile d?avant, ce sont des litres d?eau qui ruissellent des voiles stock?es dans le bateau. Et avec les conditions rencontr?es dans le pot au noir, entre p?tole et grains accompagn?s de trombes d?eau, il y en a des changements de voile ?

Et puis il y a enfin toujours un peu d?eau qui s?infiltre par la trappe de survie (bon, l? s?il y en a trop, c?est de ma faute, je n?aurai pas mis assez de silicone ?).

 

Cette humidit? permanente, ? l?int?rieur du bateau ou ? l?ext?rieur (les embruns, lors des bords de pr?s ou de reaching comme en ce moment, ou la pluie subie dans la zone de convergence intertropicale), fini par g?n?rer chez tous les skippers divers probl?mes cutan?s provoqu?s par le sel et les frottements sur les bancs de cockpit, lors des longues heures pass?es ? barrer.

 

Et pour se r?conforter, les skippers n?ont m?me pas la possibilit? de se mitonner un bon petit plat, puisqu?ils n?embarquent en g?n?ral que des plats lyophilis?s, pr?ts ? consommer.

Pour toute nourriture, David embarque ainsi des sachets repas lyophilis?s, sp?cialement ?tudi?s pour apporter ? l?organisme l??nergie suffisante pour  ?tre au top dans les man?uvres, tout en ne pesant que 125 grammes ? l?unit? ! Apr?s r?hydratation avec 300 millilitres d?eau chaude, cela donne un excellent repas chaud (enfin, il faudra demander son avis ? David quand il rentrera, parce qu?apr?s un mois de ce r?gime je pense qu?il ne pourra plus voir un seul sachet de lyoph pendant quelque temps !).

Dans le catalogue du shipchandler Demi Cl?, sp?cialiste de la course au large et fournisseur de tr?s nombreux ministes, on a ainsi le choix entre 18 plats diff?rents, allant de la pa?lla au chili con carne, en passant par du b?uf ? la hongroise, du poulet au curry, du b?uf Strogonov ou encore du nasi goreng.

En compl?ment, David a aussi embarqu? au d?part de chacune des deux ?tapes des produits frais, mais qui ne sont destin?s qu?aux premiers jours de course. En effet, d?s lors qu?il n?y a aucun moyen de conservation des aliments ? bord (pas de glaci?re et encore moins de frigo, comme sur les bateaux de croisi?re), il n?est pas possible de pr?voir un avitaillement en viande ou l?gumes frais. Mais de toute fa?on, la chasse au poids forcen?e  interdit de fait d?embarquer de bons petits plats, trop lourds, et les skippers n?ont pas le temps, en course, de pr?parer eux-m?mes un repas.

En fait (mails ils ne l?avoueront jamais), faire la Transat 6,50 c?est aussi un excellent moyen de faire enfin le r?gime qu?on ? toujours une bonne raison de repousser ? terre ! Plus s?rieusement, il est certain que David aura perdu du poids ? l?arriv?e ? Bahia, et c?est d?ailleurs en pr?vision de ce r?gime forc? que le m?decin de la course qui a examin? tous les skippers ? La Rochelle leur a donn? comme conseil de manger un maximum de viande rouge, de fruits et de l?gumes avant le d?part. On peut ?tre certain que pass? les retrouvailles avec les copains et la premi?re Ca?pirinha, les skippers vont se pr?cipiter sur un bon gros steack !

 

L?all?gement maximal touche d?ailleurs tous les domaines de la vie ? bord : pour toute vaisselle, David embarque une bouilloire, une seule gamelle de type tupperware, qui sert ? prendre la totalit? des repas, et une fourchette.

Lors de la Transat 6,50 1987, Laurent BOURGNON avait d?ailleurs pouss? la recherche de la l?g?ret? tr?s loin, allant jusqu?? couper le manche de sa brosse ? dent ! (bon, de m?moire il avait aussi ? all?g? ? la structure de son bateau ? la tron?onneuse et s??tait d?barrass? de son cir? pass? l??quateur? avec son argent dedans.).

L??tat d?esprit minimaliste dans le confort et la chasse au poids permanente n?est pas r?serv?e ? la classe mini : il suffit de voir la cellule de vie des nouveaux monocoques 60? IMOCA pour se rendre compte de leur d?pouillement monacal. La cellule de vie s?articule exclusivement autour de la table ? carte (quand il en reste encore une?), cette table ?tant de plus en plus ? light ?,   avec une ?lectronique all?g?e au maximum et matossable au vent !

 

La chasse au gramme inutile r?gne d?sormais en ma?tre sur les bateaux de course et il ?tait parfois surprenant, sur les pontons de La Rochelle, de voir quelques skippers embarquer de petits plats en conserve ou bocaux de verre, certes r?confortants pour le moral, mais aussi terriblement lourds (bon, ?a se voit aussi sur leur classement au g?n?ral ?).

 

A demain, J-1 ?

 

Eric

26 octobre 2007 ? Herv? PIVETEAU vainqueur en s?rie

Bonsoir,

 

16?me ? franchir la ligne d?arriv?e de cette seconde ?tape et premier skipper d?un bateau de s?rie, Herv? PIVETEAU est arriv? ce matin ? 03 h 56 heure fran?aise, effectuant les 3 100 milles de cette seconde ?tape en 19 jours 14 heures et 39 minutes.

C?est lors du passage de l?archipel du Cap Vert qu?il s?est empar? de la premi?re place jusqu?alors occup?e par St?phane LE DIRAISON, suite ? des options de route diff?rentes. L??cart entre les deux skippers sur la premi?re ?tape ? Mad?re ?tait de 3 heures et 34 minutes, et sans moyen de conna?tre la position de St?phane le DIRAISON suite au dysfonctionnement du syst?me de positionnement, l?attente ? ?t? tr?s longue pour Herv? PIVETEAU avant de se voir sacr? vainqueur de la Transat 6,50 au classement g?n?ral s?rie !

 

Alors que les deux bateaux ?taient tr?s proches depuis le d?part de Mad?re, avec m?me plusieurs jours de navigation ? vue au milieu de l?Atlantique, version match race, un ?cart de plusieurs dizaines de milles s?est creus? lors du passage du pot au noir. L?option ouest suivie par St?phane LE DIRAISON n??tait visiblement pas la bonne, et il n?a jamais ?t? ensuite en mesure de revenir sur la t?te de la course, r?trogradant ? la 4?me place.

En franchissant la ligne d?arriv?e de la seconde ?tape en 4?me position, ? 19h33 heure fran?aise , St?phane le DIRAISON pr?serve cependant la deuxi?me place au classement cumul? des deux ?tapes de la Transat 6,50 en bateau de s?rie, avec un temps de course de 26 jours 16 heures et 34 minutes.

Le tch?que David KRIZEK, arriv? 3?me ? Bahia en bateau de s?rie 3 heures et 42 minutes derri?re l?espagnol G?rard MARIN, compl?te le podium de la Transat, en 26 jours 18 heures et 15 minutes (avec une diff?rence de temps cumul? sur les deux ?tapes de 5 h 23 sur G?rard MARIN).

 

 

Ainsi, ce soir 25 bateaux sont amarr?s dans la marina de Bahia, 21 protos et 4 bateaux de s?rie (photo GPO ? Pierrick GARENNE)

 

 

La balise de positionnement de David ne fonctionne plus ? son tour depuis la nuit derni?re et il n?est donc plus possible de conna?tre la position de Ville du Tr?port. On peut cependant estimer raisonnablement qu?il a d?pass? dans l?apr?s-midi la latitude de Recife et qu?il longe maintenant les c?tes br?siliennes. Etant positionn? encore assez ? l?est de la l?orthodromie hier soir, il doit naviguer au large de la terre, ce qui lui permet d??viter l?affaiblissement du vent plus marqu? pr?s des c?tes. Cela lui ?vite aussi trop de rencontres avec les nombreux bateaux de p?che locaux, mais, malgr? ce relatif ?loignement, il doit d?j? commencer ? sentir les odeurs de la terre.

D?apr?s les infos du PC course, David est attendu ? Bahia pour le 29 octobre, autour de 15 heures.

 

Ce sont maintenant les tous derniers jours de course pour Rackham le Rouge et David repense s?rement au long chemin parcouru depuis qu?il s?est lanc? dans cette aventure : la construction de son bateau, les premi?res navigations et une premi?re qualification avort?e suite ? la rencontre avec un navire de sa gracieuse majest?, la qualification arrach?e in extremis pour la Transat 2005, la sortie en premier du bassin des chalutiers de la Rochelle sous les acclamations de la foule, puis le d?m?tage au large du Portugal, apr?s seulement quelques jours de course.

Mais David ne s?est pas arr?t? sur cet ?chec provoqu? par la rupture d?une cad?ne en acier neuve, pi?ce qui en th?orie ne casse jamais, et s?est relanc? pour l??dition 2007 de la Transat 6,50. Gr?ce ? la participation active de la municipalit? du Tr?port et ? la mise ? disposition d?infrastructures, Rackham le Rouge s?est refait une beaut? cet hiver pour ?tre par? ? affronter l?oc?an Atlantique. Et maintenant, un peu plus d?un mois apr?s le d?part de La Rochelle, David est en passe de boucler SA mini transat et de r?aliser son r?ve. En 5 ans, il est devenu un vrai coureur d?oc?an et toute l?exp?rience qu?il a accumul? durant ces ann?es, tant comme marin que sur la conduite d?un projet sportif de haut niveau, vont ? n?en pas douter lui ?tre tr?s utile pour les prochaines ann?es. Il ne faut pas oublier qu?une expression devenue d?sormais famili?re dans le milieu de la course au large est : ? passe ta mini d?abord ? ?

 

Il ne reste plus maintenant qu?? trouver enfin un budget ? la hauteur de ses, de nos ambitions, pour lui permettre de jouer la gagne avec les m?mes moyens que ses petits copain de jeu (bon, OK, le jeu va devenir dur, maintenant on entre dans la cour des grands et il y a du beau monde, mais c?est justement cela qui est motivant).

Et si la Transat 6,50 est une course incontournable et dont la renomm?e internationale ne cesse de s?affirmer, ainsi qu?en atteste le nombre de skippers de toutes nationalit?s venu s?affronter sur ces ? petits bateaux ?, elle reste cependant assez peu connue du grand public. Par contre, le prochain terrain de jeu auquel David r?fl?chit depuis d?j? pr?s d?un an est autrement plus m?diatis?, avec la pr?sence de ? star ? de la voile sur diverses cat?gories de bateaux que tout le monde ? vu sur tous les ?crans de t?l?vision (? suivre ? ce sujet le d?part du Havre de la prochaine Transat Jacques Vabre, les 03 et 04 novembre ? qui arrive ?galement ? Bahia ! embouteillage garanti dans le port et dans le cargo charg? de rapatrier en France tous ces bateaux).

 

 

 

Bonne nuit et ? demain,

 

Eric

25 octobre 2007 ? Mais o? est donc pass? ? le satellite ?

Bonsoir,

 

Cela commence ? ?tre un peu n?importe quoi dans le suivi satellite des bateaux, le dysfonctionnement des balises de positionnement ressemblant de plus en plus ? une ?pid?mie ? En proto, ils sont ce soir 20 bateaux ? n?avoir pas ?t? class? et 17 en s?rie !

Ville du Tr?port ?chappe encore pour l?instant au ph?nom?ne et se retrouve donc provisoirement en 5?me position ? mais sans qu?il soit possible de conna?tre sa place r?elle. A moins qu?il ne soit effectivement 5?me ?

Dans ces conditions, il devient tr?s al?atoire d?estimer quel sera le premier skipper d?un bateau de s?rie ? franchir la ligne d?arriv?e. Encore au moins 24 heures de suspense ? attendre ?

 

 En tout cas, sur l?eau cela semble aller plut?t bien pour David, qui maintient une vitesse moyenne de 5,8 n?uds sur 24 heures et ?tait point? ? 18 h ce soir ? 6,4 n?uds en vitesse instantan?e. Il est pass? au large de l?archipel de Fernando de Noronha en d?but de nuit derni?re (en heure locale) et n?est plus ce soir qu?? 558 milles de Bahia, soit un peu moins de 4 jours de mer. Les conditions de navigation restent stables, avec un aliz? de sud-est d?une vingtaine de n?uds, qui devrait faiblir l?g?rement ? l?approche du continent Sud-Am?ricain. Le prochain et probablement dernier empannage devrait ?tre pour entrer dans la Baie de tous les Saints ? plus de 500 milles dur le m?me bord, au reaching !

 

Chez les rescap?s des protos, Isabelle JOSCHKE et Sam MANUARD continuent de se tirer la bourre, avec un l?ger avantage pour Samuel. Tous deux ont pass? la latitude de Recife dans l?apr?s-midi et naviguent d?sormais le long des c?tes br?siliennes.

 

Ce sont maintenant 13 protos qui sont amarr?s dans la marina de Salvador de Bahia, la 6?me place ayant ?t? prise par Adrien HARDY en 18 j 10 h 51 mn 39 s : plut?t pas mal pour un bateau qui a d?m?t? au beau milieu de l?Atlantique !

Le skipper, qui un moment a pens? ? abandonner, a finalement tent? de remettre ? sa place son m?t, tomb? intact (le fait qu?il ne lui restait alors que 6 jours de nourriture et un minimum de 10 jours ? faire pour rejoindre une terre sous gr?ement de fortune a probablement pes? lourd sur sa d?cision !). Apr?s plusieurs tentatives infructueuses et des 5 heures trente d?efforts, il a enfin r?ussit ? repositionner le m?t aile en carbone de 50 kilos, contusionn? de toutes parts. Ne lui restait plus alors qu?? refabriquer la cad?ne d??tai avant qui avait cass?, avec du tissusde carbone et de la r?sine. M?me s?il a eu la chance inou?e que le m?t ne se brise pas en tombant, c?est un joli tour de force qu?il faut saluer, parce ce que ce genre d?exercice, sur le pont mouvant d?un petit bateau, n?a rien d??vident et il faut une sacr? dose de volont?. Il risque d?y gagner un surnom (Mac Gyver ?), comme Yves PARLIER lors du Vend?e Globe 2001, o? il avait bris? le m?t de son 60? dans l?oc?an Indien avant de r?parer seul, dans une baie d?serte de l??le Stewart. En tous cas, sa r?paration a ?t? solide, puisqu?il ? fini le parcours pied au plancher, faisant des pointes ? 15 n?uds ? (nota : la construction de son m?t doit aussi ?tre sacr?ment r?sistante, puisque c?est le deuxi?me d?m?tage de la saison, apr?s la Transgascogne, sans qu?il y ait de casse : bravo au chantier !)

En photo, l'arriv?e de Adrien HARDY dans la nuit br?silienne (photo GPO - PIerrick GARENNE)

 

Andraz MIHELIN, le skipper slov?ne percut? lors du d?part de Mad?re par Rackham le Rouge est arriv? aujourd?hui ? midi en 10 ?me, bouclant l??tape en 18 j 22 h 55 mn 14 s (et 10 h 30 derri?re son compatriote Kristian Hajnsek sur un sister ship): visiblement, son bateau n?a donc pas souffert de la collision, mais il a perdu quelques heures en revenant r?parer ; mais le jury pourrait toutefois lui accorder une compensation en temps. Le team Adria Mobil place ses deux bateaux aux 8?me et 9?me place au classement g?n?ral cumul? des deux ?tapes, ce qui est coh?rent avec les performances identiques des deux bateaux.

 

Pour la petite histoire des records, Yves LE BLEVEC a d?croch? ?galement le record des 24 heures, avec 274,5 milles parcourus ? 11,4 noeuds de moyenne. Il bat les deux chronos r?alis?s ? l?occasion de la premi?re ?tape par Isabelle JOSCHKE (273 milles parcourus) et Sam MANUARD (272,3 milles ? 11,3 noeuds de moyenne) : essayez de faire pareil !

 

A demain, en esp?rant que les balises fonctionnent ? nouveau.

 

Eric

24 octobre 2007 ? 5 protos amarr?s dans la marina de Bahia

Bonsoir,

 

L?absence de positionnement satellite ne permet pas de conna?tre pr?cis?ment la position de Ville du Tr?port ce soir. Au dernier pointage, cet apr?s-midi ? 16 heures, il ?tait en 10?me position au classement s?rie ? mais avec les m?mes r?serves ?mises sur le classement r?el, d?s lors que 12 concurrents n?ont pas ?t? class?s.

Ce matin il ?tait ? 725 milles de l?arriv?e, progressant au travers b?bord amure ? un tout petit peu moins de 6 n?uds, dans un aliz? de sud-est se renfor?ant ? 20 n?uds et avec une mer bien form?e. S?il maintient cette allure, apr?s avoir franchi l??le de Fernando de Noronha dans la journ?e de demain, il devrait toucher terre d?ici 5 jours, soit lundi soir.

 

Chez les protos, les arriv?es se succ?dent. Apr?s Yves LE BLEVEC hier soir,  4 skippers ont franchi la ligne d?arriv?e aujourd?hui.

Arriv? ce matin ? 10 h 28 minutes et 22 secondes heure fran?aise, David SINEAU a pris la seconde place en entrant dans la baie de tous les Saints au petit jour (5 heures de d?calage horaire?), 14 heures et 35 minutes derri?re Yves LE BLEVEC.

C?est une tr?s jolie performance pour cet ? amateur ? (chef d?entreprise breton, sp?cialis? dans les ?nergies renouvelables, mais qui a d?j? fini troisi?me en s?rie de la Transat 6,50 2003) , qui au surplus ? connu de nombreuses avaries qui l?ont s?rieusement p?nalis? sur cette seconde ?tape : perte du gennaker qui, en passant sous le bateau, a ?galement endommag? la quille basculante, et destruction m?thodique des a?riens de t?te de m?t par des oiseaux (Hitchcock ?), avec comme cons?quence la perte des indications de vitesse et d?angle de vent (cette derni?re donn?e ?tant particuli?rement importante pour le pilote automatique).

 

A son arriv?e, David SINEAU a par ailleurs lev? le voile sur l?avarie qu?? connu Adrien HARDY, alors en seconde position (?tant ? proximit?, il a entendu le compte-rendu fait par VHF) : la cad?ne d??tai avant s?est arrach? et ? Brossard ? a d?mat?, mais le m?t ne s?est pas bris? en tombant. Le skipper a r?ussi, seul, ? remettre son m?t droit au beau milieu de l?oc?an et, 7 heures seulement apr?s son avarie, a repris sa route vers Bahia ! Chapeau. Il devrait franchir la ligne d?arriv?e cette nuit, en 6?me ou 7?me position et il est tr?s attendu !

 

Et apr?s un certain suspense du ? la panne de balise de positionnement de Nick BRENNAN, c?est finalement Fabien DESPRES qui s?impose sur la troisi?me marche du podium, l?australien prenant la quatri?me place de l??tape. Enfin, une heure derri?re lui, c??tait au tour de Ronan DESHAYE de s?emparer de la 5?me place.

 

 

Yves LE BLEVEC, grand vainqueur de la Transat 6,50 2007, r?alise enfin un r?ve, ? sa troisi?me participation et avec des moyens ? la hauteur de ses ambitions l?gitimes. Mais cette victoire ne s?est pas faite dans la facilit?, et malgr? son exp?rience de la course au large il a du batailler ferme pour maintenir sa premi?re place, comme il l?a confirm? juste apr?s son arriv?z :

 

 ? Cette victoire l? est due ? plein de choses mais pas au hasard, pas au hasard. Avec Sam et Isa, cela n??tait pas gagn? et le niveau ?tait carr?ment haut. On avait des bateaux avec des performances tr?s tr?s proches et chacun avec des motivations tr?s ?lev?es. Quoi qu?il arrive, m?me sans eux, il ne fallait rien l?cher? ?.

? J?avais peur toutes les 5 minutes de casser quelque chose. Mais je devais attaquer car il fallait mettre de la pression sur les autres et ?tre devant? C?est le truc le plus simple en fait et en m?me temps le plus dur. Depuis les Canaries, je suis en t?te, sauf une fois o? Adrien est pass? devant. Mais voil?, faut envoyer tout le temps pour rester en t?te... Il y a des moments o? j?envoyais? mais j?envoyais ?.

? La position dans laquelle j??tais ?tait difficile. J??tais en t?te et il fallait que je le reste. Mais le niveau de stress que j?avais ?tait tr?s ?l?v?. Je me suis mis dans le rouge des fois? Des coups de nerfs parce que j?avais peur de pas bien faire, de ne pas ?tre au niveau. Pour moi, c??tait dur de g?rer le stress et d??tre devant... J?y allais pas pour amuser la galerie. Il y a deux ans quand je suis all? voir Actual, c??tait pour un projet gagnant ! Et l? je suis content de leur donner cela. Mais c??tait dur ce niveau de stress? ?.

 

Compte tenu de son v?cu, ces mots signifient bien quelle a ?t? l?intensit? de la course, dont le niveau n?a cess? de s??lever en trente ans d?existence. Et que ce soit en proto, la cat?gorie reine mais aux budgets exponentiels, ou en s?rie, le constat est le m?me : il n?y a pas de hasard dans la victoire, et cela se pr?pare bien en amont, avec un budget suffisant pour pouvoir concentrer toute son ?nergie ? la seule pr?paration du bateau et ? la navigation. Et m?me si la Transat 6,50 reste une des seules course au large accessible aux petits budgets et aux ? amateurs ? (c?est une fa?on de parler, vu le niveau relev?, mais l?essentiel des skippers ne vient pas du milieu professionnel de la course), il n?en reste pas moins que l?importance des ressources financi?res investies dans le projet joue toujours une place cruciale dans la r?ussite (et l?, Sensation 6,50 joue tout tout petit, malgr? la participation sans faille de la ville du Tr?port depuis l?origine du projet et, plus r?cemment, de l?entreprise MMB (fabrication de maquettes et prototypes high-tech pour l?industrie et le luxe, situ?e ? Blangy-sur-Bresle).

 

Toutefois, m?me malgr? une pr?paration optimale, une part de chance, non n?gligeable, est toujours ? prendre en consid?ration : Isabelle JOSCHKE, Sam MANUARD, Alex PELLA ou Adrien HARDY en savent quelque chose, eux qui au d?part de La Rochelle pouvaient tout autant pr?tendre au titre.

 

 

En photo, le podium : au milieu, Yves LE BLEVEC, ? droite, David SINEAU et ? gauche Fabien DESPRES (photo GPO)

 

A demain,

 

Eric

23 octobre 2007 ? Le record de 2005 est tomb

Bonsoir ? tous,

 

C?est ? 19 heures 53 minutes et 2 secondes pr?cis?ment que Yves LE BLEVEC a franchi en vainqueur l??dition 2007 de la Transat 6,50 Charente maritime ? Bahia. Il boucle les 3 050 milles nautiques de cette seconde ?tape entre Funchal dans l?archipel de Mad?re et Salvador de Bahia en 17 jours, 06 heures, 38 minutes et 2 secondes, ? la vitesse moyenne de 7,36 n?uds (inutile de dire que pour maintenir une telle moyenne, avec le ralentissement occasionn? par la travers?e du pot au noir, il faut sacr?ment allumer ?). Et d?ailleurs il n?a pas ralenti tant qu?il n?a pas eu franchi la ligne, naviguant ? pr?s de 10 n?uds dans une mer form?e toute la journ?e !

 

Son temps de course cumul? sur l?ensemble des deux ?tapes est de 23 jours, 03 heures, 51 minutes et 24 secondes, soit en un tout petit moins de 41 heures que le temps de r?f?rence ?tabli il y a deux ans par Corentin DOUGUET sur le m?me parcours.

 

Il devient ainsi, ? 42 ans, le vainqueur le plus ?g? de l??preuve depuis sa cr?ation en 1977 et ajoute cette course mythique ? son palmar?s personnel. Faut-il rappeler qu?il est, notamment, co-d?tenteur du troph?e Jules Verne sur le maxi catamaran Orange II ? Bruno PEYRON, en 2002 en 64 jours et en 2005 en 50 jours (ce record tient toujours), qu?il a couru la 5?me ?tape de la Volvo Ocean Race entre Rio et Baltimore en 2006 sur ABN Amro 2 ou encore couru le Figaro en 2003. C?est donc un marin d?une grande exp?rience qui remporte cette ?dition de la Mini Transat, qu?il courre  pour la troisi?me fois

 

Par contre, il n?est pas encore possible de savoir lequel des marins va couper la ligne en seconde position, les balises de positionnement satellite refusant toujours de fonctionner sur plusieurs bateaux. D?apr?s les informations dont dispose le PC course, ce devrait normalement ?tre David SINEAU, suivi de l?australien Nick BRENNAN, mais il n?est pas encore possible de conna?tre leur heure d?arriv?e estim?e (ETA selon l?abr?viation anglaise consacr?e).

 

Et d?ailleurs Yves LE BLEVEC a ignor? sa place r?elle quasiment jusqu?? l?arriv?e, ?tant lui-m?me en panne de r?cepteur BLU. Aux bateaux presse venus ? sa rencontre au large de la baie de tous les Saints, ses premiers mot ont ?t? : ? Y en a combien d?arriv?s ? ? ! Loin de toutes les technologies de communication d?sormais embarqu?es dans les autres classes de course au large, la Mini conserve cet ?tat d?esprit originel, mettant aux prises les marins, seuls avec leur bateau, et l?oc?an Atlantique. Et c?est bien ce qui fait le charme de cette course atypique, qui attire sans cesse plus de coureurs, de tous les pays du monde.

 

 

En s?rie, les m?mes dysfonctionnements affectent les balises des bateaux de t?te, qui n?ont pas ?t? positionn?s ce soir. On peut toutefois supposer que Herv? PIVETEAU conserve sa place de leader, devant l?espagnol G?rard Marin.

Plusieurs bateaux n?ayant ainsi pas ?t? class?s ce soir, Ville du Tr?port appara?t donc en 16?me position au classement s?rie, mais il doit r?ellement toujours occuper la 22?me place. Il ne se situe plus qu?? 861 milles de l?arriv?e et navigue maintenant dans l?h?misph?re sud ? (latitude 1?16?43?? Sud et 30?52?04?? de longitude Ouest, ? 18 heures).

 

A priori il n?a pas ?t? trop ralenti par les indispensables formalit?s ? accomplir aupr?s de Neptune lors du passage de la ligne et les offrandes que David lui a faite semblent lui avoir convenu, puisque Rackham le Rouge trace maintenant son sillage de l?autre c?t? de la plan?te.

 

En effet, le passage de l??quateur constitue depuis toujours pour les tous marins du monde un moment bien particulier, et les n?ophytes doivent subir un rite initiatique qui les fera entrer dans le royaume de Neptune et Amphitrite (Neptune, Dieu des mers et des oc?ans dans la mythologie Romaine, appel? Pos??don dans la mythologie Grecque, gouverne son empire du fonds des oc?ans. De son union avec Amphitrite n? le monstre Triton).

 

Ce rituel, apparu lors des premiers voyages ? travers l?immensit? alors inconnue de l?oc?an Atlantique, remonterait pour certains jusqu?? une tradition de bapt?me Viking, m?me si le premier passage ? officiel ? de l??quateur remonte ? l?an 1469. Mais c?est bien avec la d?couverte du Nouveau Monde par Christophe Colomb en 1492, puis des premiers navigateurs explorateurs lanc?s ? la d?couverte des oc?ans que le rituel du passage de la ? Ligne ? a pris toute son importance.

 

D?apr?s Bernard FERNADEZ (Histoire de voyageurs :  au Si?cle des Lumi?res, l'?quateur, un rite de passage en mer), le passage de l'?quateur, appel? ? la Ligne ?,  se faisait dans la  f?te et symbolisait un rite de passage pour les marins et voyageurs. Apr?s avoir parcouru une mer parfois violente, des vents forts qui mettaient ? l'?preuve les navigateurs les plus confirm?s, la Ligne, symbolisait un  ? temps ? qui s'arr?tait contre le gr? des hommes. Le passage de l'?quateur, imposait  bien souvent une mer calme, immobile, de temp?rature chaude, moite, transportant l'?quipage dans un temps amorphe (souvenez-vous, le Pot au noir ?). Les vaisseaux flottaient sur une mer immense, prisonniers d'un temps a-temporel et incontournable qui devenait rite de passage.
Le monde marin vivait ce moment avec beaucoup d'intensit? car il ?tait aussi l'exutoire aux souffrances v?cues lors de la travers?e en pleine mer : la faim, les morts et maladies survenues pendant le voyage, les peurs imaginaires multiples, venaient se surajouter ? la sc?ne captivante du passage de la Ligne (il ne faut pas oublier que de tr?s nombreuses croyances habitaient les marins. Les conditions m?t?o particuli?res rencontr?es lors de la travers?e de ce qui allait devenir bien plus tard la ZCIT pouvaient alors ?tre particuli?rement propices ? l?imaginaire et aux peurs : chaleur suffocante, absence totale de vent, ponctu?e de grains soudains et violents que les lourds vaisseaux de l??poque, lents et peu manoeuvrants, subissaient sans pouvoir r?agir, contrastes de lumi?res, entre les rayons du soleil filtrant ? travers le noir sombre des nuages d?orage ? Pour les non initi?s, tout cela pouvait facilement devenir effrayant, dans la peur de l?inconnu ).

 

Ce passage  introduisait ainsi un temps initiatique o?  les acteurs de ce rite mettaient en sc?ne un monde social invers?. La hi?rarchie sociale et nobiliaire s'estompait pour laisser la place ? un monde ? l'envers, o? ceux qui savaient prenaient pour un court moment le pouvoir : les vieux marins se d?guisaient de fa?on burlesque, se maquillaient en noir, initiant les jeunes matelots ? et passagers du bord - au bapt?me de la Ligne dont la finalit? symbolique ?tait bien d'amener le n?ophyte ? devenir un vrai loup de mer. Pendant parfois plusieurs jours, le bateau se transformait en sc?ne de th??tre o? Neptune, en Dieu tout-puissant accompagn? de diables, diablotins et autres tritons, pronon?ait la sentence r?serv?e aux novices dans une parodie de jugement. La c?r?monie se terminait alors par une immersion totale des n?ophytes dans un r?servoir d?eau, apr?s avoir ?t? barbouill?s de peinture et de restes de nourriture, de pr?f?rence avari?e ? 

 

De nos jours, la tradition se perp?tue encore dans la marine marchande (m?me si les imp?ratifs commerciaux et les ?quipages exotiques naviguant sous pavillon de complaisance tendent de plus en plus ? oublier le rituel) et est bien vivante dans la Royale. Le passage de ? la Ligne ? reste un grand moment festif, o? les n?ophytes doivent subir diverses ?preuves rituelles avant de compara?tre  devant Neptune et son ?pouse Amphitrite, Monseigneur Pompilius, le juge et l?avocat g?n?ral, l?astronome et d?autres personnages tels que les gendarmes ?quatoriaux et la tribu de sauvages ? OULA OULA CA FAIT BOBO ?, avant l?immersion dans une piscine install?e sp?cialement ? cet effet sur le pont du navire.

Enfin, les N?ophytes devenus Chevaliers se voient remettre un dipl?me, ? conserver pr?cieusement et ? pr?senter devant Neptune ? chaque nouveau passage de la Ligne. Car sans ce dipl?me tout le rite initiatique serait ? recommencer, et pour pouvoir enfin devenir Dignitaire et avoir le pouvoir de faire passer la Ligne ? un N?ophyte, il faut pouvoir attester avoir franchi cette barri?re mythique ? deux reprises.

(Pour l?anecdote, il y a encore quelques dizaine d?ann?es, les passagers des vols franchissant l??quateur se voyaient ?galement remettre ce dipl?me, mais sans le c?r?monial ..)

.

 

Evidemment, le strict respect du rituel traditionnel est quelque peu difficile ? bord d?un mini, mais le passage de la ? Ligne ? donne cependant lieu ? une courte c?r?monie, honorant Neptune par une offrande, afin de s?attirer sa magnanimit?. David n?a donc pas oubli? d?embarquer une (petite) bouteille de champagne, dont une bonne rasade ? ?t? vers?e ? la mer avant de boire le reste (bon, le champagne chambr? ? 40 degr?, c?est pas g?nial, mais quand il faut ?).

 

A demain pour voir si David a ?t? assez g?n?reux avec ce bon vieux Neptune,

 

Eric

 

(en photo, la statue du Dieu Neptune de Copenhague)

22 octobre 2007 : plus que 24 heures pour le premier proto

Bonsoir,

Il est 17 heures 40 heure locale sur les c?tes du Nordeste br?silien et Yves LE BLEVEC doit commencer ? voir et sentir les signes de la proximit? de la terre : odeurs de la terre, pr?sence d?oiseaux marins en plus grand nombre, mais aussi petits bateaux de p?che ou navires de commerce, sans compter les plate-formes p?troli?res. Ces rencontres, si elles font du bien au moral, peuvent aussi ?tre dangereuses : risque de collision ou de rencontre avec des filets non signal?s.

Ce n?est pas le moment de rel?cher son attention, mais on peut certainement faire confiance ? la grande exp?rience de ce marin pour ne pas se laisser surprendre et inscrire, enfin, la Transat 6,50 ? son palmar?s d?j? bien ?toff?.

Au dernier pointage communiqu? par l?organisation de course, ? midi, il n??tait plus qu?? 271 milles de la ligne d?arriv?e et naviguait ? de 8 n?uds, dans un vent de l?ordre de 15 n?uds de secteur Est. Il devrait donc normalement franchir la ligne en vainqueur demain en fin de journ?e, prenant sa revanche sur l??dition 2005 o? il avait d?m?t? peu apr?s l??quateur et avait rejoint Bahia sous gr?ement de fortune.

 

Mais des surprises sont encore possibles ? En effet, plusieurs bateaux n?ont pas ?t? localis?s aujourd?hui, suite ? des dysfonctionnement en cascade de balises de positionnement satellite. Et parmi ces bateaux on trouve notamment David SINEAU (2?me au dernier pointage, hier matin, ou Nick BRENNAN, 4?me hier midi). On se retrouve donc un peu dans la m?me situation d?avant l?av?nement du positionnement satellite et de la v?n?rable balise Argos, o? jusqu?au dernier moment r?gnait l?incertitude sur le vainqueur de la course. Il y a eu ainsi des moments forts, rest?es dans la m?moire de tous et qui ont aussi contribu? ? l?engouement populaire pour les grandes courses transatlantiques ? la voile : la victoire d?Eric TABARLY dans la transat anglaise en 1964, o? tout le monde attendait Sir Francis Chichester, et encore plus en1976, o? le duel entre Pen Duick VI, con?u pour ?tre man?uvr? par un ?quipage de 15 gaillards et Alain Colas et son g?ant Club M?diterran?e est entr? dans l?histoire, et puis l?image qui marque v?ritablement l?entr?e dans l??re de la course au large moderne, le petit trimaran jaune de Mike BIRCH fondant sur le grand monocoque noir de Michel MALINOVSKI lors de la premi?re route du Rhum, en 1978.

 

L?arriv?e de la Transat 6.50 2007 ne devrait pas atteindre toutefois ces moments d?intensit?, l?incertitude planant sur l?ordre exact d?arriv?e ?tant beaucoup plus limit?e : de fait, les derni?res positions avant l?arr?t des balises devraient rester fig?es, d?s lors que les derni?res centaines de milles ? parcourir (environ 200 milles pour le leader) vont se courir pour tous sur le rythme d?un sprint, tout dessus au reaching. Et depuis 24 heures, c?est LE BLEVEC qui accentue son avance sur ses poursuivants localis?s.

 

Mille milles en arri?re, Ville du Tr?port est enfin sorti du pot au noir et recommence ? tracer son sillage en direction de baie de tous les Saints, ? 6 n?uds. Aucun pointage n?est disponible ce soir (toujours les probl?mes de positionnement que l?organisation essaie de r?soudre au plus vite), mais ? midi David ?tait toujours en 22?me position, l?g?rement plus ? l?est que la majorit? des autres skippers, ce qui devrait constituer un avantage dans les heures ? venir.

Il n?est plus qu?? 1? 53 ? 75 ?? de latitude nord et devrait tr?s bient?t franchir l??quateur . S?il a d?j? travers? l?Atlantique, ce sera la premi?re fois qu?il navigue ? la t?te en bas ?, mais probablement pas la derni?re (de grands projets attendent en effet David d?s son retour en France, avec beaucoup de travail en perspective pour l?ann?e ? venir, on en reparlera).

Bien que la navigation astronomique se soit quelque peu perdue depuis l?autorisation du GPS par la classe Mini, les marins peuvent d?sormais contempler chaque nuit au-dessus d?eux la Croix du sud, alors que le sillage retrouv? de leur bateau univers scintille sous les ?toiles.  

 

Bonne nuit et ? demain,

 

Eric

21 octobre 2007 ? Ville du Tr?port dans Voiles et Voiliers

 

 

 

Bonjour ? tous,

 

Ouvrez le magazine Voiles et Voiliers ? la page 75 et admirez !

Une parfaite photo de promotion, type carte postale : sous grand spi dans le soleil couchant, le logo ? ville du Tr?port ? bien visible dans la grand-voile.

 

David m?avait laiss? entendre qu?une des photos prises lors de la premi?re ?tape par une photographe professionnelle pourrait bien para?tre dans le magazine, mais c?est toujours sympa de voir son bateau pr?f?r? dans un mensuel national.

 

Sinon, quelques nouvelles de la nuit : David ? perdu une place, scotch? par les derniers assauts du pot au noir qui n?a pas envie de voir s??chapper les derniers minis, mais a maintenant repris une route normale, ? un peu plus de 3 n?uds. Au vu des fichiers m?t?o, on peut esp?rer que Ville du Tr?port sorte enfin de la zone de convergence intertropicale dans la journ?e (bon, la validit? des pr?visions m?t?o dans cette zone est quand m?me plut?t al?atoire, mais il faut bien y croire un peu).

 

A ce soir pour confirmer,

 

Eric

21 octobre 2007 : un pot au noir qui n'en finit pas

Bonsoir,

 

D?cid?ment, le pot au noir persiste ? emprisonner une petite moiti? de la flotte de la Transat 6,50, en s??tendant tr?s sud. Les vents au-dessus du z?ro de latitude nord (l??quateur) restent tr?s faibles (5 ? 10 n?uds) et les bateaux ont bien du mal ? sortir de la zone. Ville du Tr?port a repris toutefois un peu de vitesse depuis hier et navigue ce soir ? 4,3 n?uds, se maintenant en 22?me position.

La nuit va, une nouvelle fois, ?tre tr?s longue pour les coureurs. M?me si apr?s 15 jours de mer ils ont maintenant pris le rythme du grand large, les conditions tr?s sp?ciales rencontr?es dans le pot au noir n?cessitent une vigilance permanente, tant pour surveiller les signes annonciateurs du vent (variations du barom?tre, nuages, ris?es sur la surface de l?oc?an), que pour anticiper les grains. Mais la fatigue qui s?accumule peut aussi entra?ner une baisse de lucidit?, et c?est dans ces moments que l?exp?rience et le mental sont d?terminants.

 

Remarque que j?en connais qui ne doivent pas se reposer beaucoup non plus en ce moment, entre deux biberons ? n?est ce pas, Christine et Nico !

 

30 bateaux avaient franchi l??quateur ? 18 heures, tandis que le dernier, l?espagnol Hugo RAMON, n?est pas encore entr? dans la zone de convergence intertropicale (il avait du faire une longue escale aux Canaries suite ? diverses avaries : barre de fl?che cass?e, panneaux solaires arrach?s, a?riens de t?te de m?t emport?s).

 

En t?te de la course, Yves LE BLEVEC est d?sormais ? moins de 400 milles de Bahia et glisse ? 8 n?uds le long des c?tes br?siliennes, ? une soixantaine de milles sur son tribord. Il est maintenant sous la ? corne ? du Br?sil et c?est la derni?re ligne droite avant la baie de tous les Saints, dans laquelle il devrait entrer mardi en fin d?apr?s-midi .

 

En s?rie, le leader Herv? PIVETEAU est 13?me au classement g?n?ral et se situait au pointage de 18 h ? 767 milles de Bahia. Mais l?aliz? de sud-est tant annonc? reste mou, la faute ? une d?pression centr?e sur le nord du Br?sil. Les bateaux les plus ? l?est de l?orthodromie sont avantag?s, naviguant vent de travers, tandis que ceux rest?s ? l?ouest (et qui ont ?t? moins touch? par le pot au noir) payent maintenant leur option de route en ?tant contraint de naviguer plus pr?s du vent. David semble avoir bien anticip? ce ph?nom?ne, puisqu?il s?est d?cal? ? l?est de la route depuis quelques jours (m?me si en ce moment cela est plut?t un handicap).

 

A demain,

 

Eric

20 octobre 2007 - comme un avant go?t du Br?sil

Bonsoir,

 

Yves LE BLEVEC a d?pass? dans la journ?e l?archipel br?silien de Fernando de Noronha et entame le dernier sprint vers la baie de tous les Saints, distante de 600 milles.

 

N? il y a 12 millions d?ann?es d?une ?ruption volcanique sous-marine, l?archipel de Fernando de Noronha se situe au large des c?tes br?siliennes, par 03? 54′ de latitude sud et 32? 25′ de longitude ouest (? 360 km de Natal). Il se compose de 21 petites ?les, dont la principale et la seule habit?e (seulement 17 km? et 4 km dans sa plus grande largeur) donne son nom ? l?archipel.

Le climat est tropical, avec une saison s?che bien marqu? et domin? par un climat  oc?anique, avec une temp?rature moyenne de l?ordre de  25 ? (mini 18 ?, maxi 31 ? : et dire qu?ici il commence ? geler le matin ?).

Les eaux chaudes de l?archipel sont particuli?rement riches en faune : outre les nombreuses esp?ces de poissons tropicaux qui affectionnent les coraux, deux esp?ces de tortues marines fr?quentent les eaux de l'archipel de Noronha. La tortue verte (ou ? aruan? ?) qui vient se reproduire sur les plages entre d?cembre et mai, et la ? tourtoise ?, esp?ce menac?e ? cause de son ?caille. On y trouve aussi les dauphins rotadores (Stenella longirostris : dauphins ? long rostre), des raies, des requins ?

Fernando de Noronha est  ?galement un abri a part enti?re pour les plus grandes colonies d?oiseaux marins de l'Atlantique Sud Tropical, avec notamment quatre esp?ces de p?licans, le rabos-de-junco, les ? viuvinha ?, sans compter de nombreux oiseaux migrateurs qui viennent se reposer et se nourrir sur les ?les, apr?s de long parcours depuis l'H?misph?re Nord.

L'archipel de Fernando de Noronha a ainsi ?t? le centre d'int?r?t de nombreux scientifiques, qui se sont consacr?s ? l??tude de sa faune et de sa flore ( Pocock en 1890, Bjornberg en 1954, Lopes et Alvarenga en1955, Almeida en 1958 ou Paiva en 1967. Charles Darwin y effectua ?galement un s?jour en 1832.

Particuli?rement conscientes de la richesse de leur faune et de leur flore, les autorit?s ont d?clar? le site aire de pr?servation de l?environnement depuis 1988. Un parc national marin a ?t? cr?? et le d?veloppement du tourisme est tr?s contr?l?, da fa?on ? ne pas nuire au milieu naturel. Chaque touriste acquitte ainsi  une taxe de 10 ? par jour, destin?e au financement d?op?rations de pr?servation de ce sanctuaire ?cologique et   : un parfait mod?le de d?veloppement durable.

A ce titre, l?archipel de Fernando de Noronha a obtenu en 2002 le titre de patrimoine mondial de l?humanit? d?cern? par l?UNESCO.

 

 

D?sormais territoire f?d?ral, int?gr? ? l?Etat du Pernambouc depuis 1988, l?archipel de Fernando de Noronha aurait ?t? d?couvert en 1500 par le navigateur Portugais Gaspar de Lemos, commandant d'un des navires de la flotte de Pedro ?lvares Cabral, au cours de l?exp?dition  qui d?couvrit le Br?sil (la ? quaresma ?). Les ?les tirent leur nom du commandant d?une exp?dition effectu?e en 1501-1502, Fern?o de Loronha.

Mais c'est l'Italien Amerigo Vespucci qui, en 1503, fit la premi?re description de l'archipel.

 

Donn? par d?cret du 16 f?vrier 1504 de D. Manuel I ? Fern?o de Loronha, l?archipel est envahi par les anglais en 1534, puis en 1556 par les fran?ais (c?est le moment de r?viser son histoire des conqu?tes maritimes).  En 1628, c?est au tour des hollandais d?envahir les ?les, d?log?s deux ans apr?s par les portuguais. En 1635, les hollandais reprennent le contr?le de l??le et y construisent plusieurs fortifications, toujours visibles aujourd?hui. Abandonn?e 19 ans plus tard, l?archipel devient d?pendance de la Capitainerie de Pernambuco puis est occup?e en 1736 par les Fran?ais de la Soci?t? Fran?aise des Indes Orientales, qui renomment l??le ? Isle Dauphine ?. Cette pr?sence fran?aise est de courte dur?e, les portuguais r?occupant de fa?on d?finitive l'archipel ? partir de 1737.

De nouvelles fortifications sont construites et une administration militaire se met en place, qui durera jusqu?en 1987, et l??le devient un centre de d?tention. La pr?servation de l?environnement n?est alors pas une priorit? et une grande partie de la for?t primaire est abattue afin d??viter les ?vasions, avec des cons?quences encore visibles aujourd?hui.

Aujourd'hui peupl?e de descendants des prisonniers politiques ou de droit commun et des militaires, Fernando de Noronha vit d?une exploitation raisonn? du tourisme, ? l'int?rieur des limitations impos?es par son d?licat ?cosyst?me, et de la p?che artisanale.

(sources : site officiel du minist?re du tourisme br?silien (braziltour.com), wikip?dia et site de l?h?tel Pousada do Frances (www.noronha.info/noronha_fr.html)

 

 

Il sont ce soir 15 bateaux ? avoir franchi l??quateur, le quinzi?me au classement g?n?ral ?tant Herv? PIVETEAU, 1er bateau de s?rie : sacr? performance que d?accrocher les protos.

 

Les bateaux de t?te ont touch? le l?ger renforcement attendu des aliz?s de sud-est (moins de 15 n?uds) et naviguent tous entre 7 et 8 n?uds, ce qui permet d?envisager une arriv?e ? Bahia pour LE BLEVEC dans la journ?e de mardi. Yves devrait cette fois franchir la ligne d?arriv?e de cette seconde ?tape en vainqueur, sur son nouveau bateau con?u par l?architecte Marc LOMBARD et dont le dessin de la car?ne ? ?t? optimis? pour cette derni?re ligne droite au vent de travers.

 

Isabelle JOSCHKE, qui a du c?der sa place de leader suite ? la casse de son bout-dehors entre les Canaries et l?archipel du Cap Vert il y a 10 jours, est revenue en 46?me position au classement g?n?ral apr?s son escale ? Mindelo, mais accuse 587 milles de retard : dur pour le moral, alors que tout avait si bien commenc? avec sa victoire dans la premi?re ?tape. Sam MANUARD est exactement dans le m?me cas (50?me ? 1 095 milles), ce qui montre une fois encore que m?me les meilleurs, sur les bateaux les mieux pr?par?s, ne sont pas ? l?abri d?une avarie m?canique qui met un terme ? leur ambition l?gitime.

 

En parlant d?avarie, Adrien Hardy qui avait d?clench? sa balise pour signaler un probl?me technique a apparemment r?par? seul, puisqu?il a repris une route normale, ? une vitesse 8,6 n?uds au pointage de 18 h. Mais quel que soit le souci qu?il ait connu, cela lui ? co?t? sa deuxi?me place et il accuse 234 milles de retard sur Yves LE BLEVEC. Rien n?est donc encore jou?, et tant que les bateaux n?auront pas franchi la ligne d?arriv?e les skippers seront toujours ? la merci d?une casse.

 

En 56?me place au classement g?n?ral et ? 619 milles du leader, David maintient sa place de 21?me en s?rie, mais est toujours aux prises avec la zone de convergence intertropicale : il affiche une vitesse quasi nulle ce soir.  En fait, le pot au noir s?est d?plac? dans l?est et a stopp? net les minis ayant opt? pour une route est entre le 2?me et le 3?me  parall?le. Toutefois, ce d?calage ? l?est de la route directe reste ? priori une bonne option pour la derni?re partie de la course, puisqu?il permettra d?avoir un meilleur angle de descente sur Bahia ? ? condition que cette situation ne dure quand m?me pas trop longtemps. C?est vraiment le genre de moment o? il faut r?ussir ? rester zen et garder le moral, ce qui n?est pas ?vident apr?s 14 jours de mer, quand la fatigue commence ? s?accumuler.

Allez, courage, encore 1 ou 2 degr? de latitude ? gagner dans le sud et les navigateurs vont devoir se r?habituer ? la g?te.

 

Bonne nuit (pour nous les terriens. Les ministes, faudra encore attendre quelques jours ?)

 

Eric

 

20 octobre 2007 - encore une nuit dans la ZCIT

Bonjour,

juste une petite news pour faire le point sur la nuit :

Ville du Tr?port est pass? en 22?me position, d?passant deux autres bateaux dans la nuit et trace sa route plein sud, ? pr?s de 5 noeuds. David ne l?che rien et ne doit pas beaucoup dormir en ce moment ...

D'apr?s les fichiers m?t?o de ce matin, l'aliz? de sud-est reste faible autour de l'?quateur (autour de 10 noeuds), ne se renfor?ant 15 noeuds qu'? la hauteur du Br?sil.

Chez les protos, Yves LE BLEVEC a encore accru son avance (73 milles sur David SINEAU et  116 milles sur l'australien Nick BRENNAN). Il devrait finalement d?passer l'?le de Fernando Do Noronha dans la matin?e !

A ce soir,

Eric

19 octobre 2007 ? Chass?s Crois?s dans le pot au noir

Bonsoir,

 

Les uns avancent, les autres reculent ? c?est le sort que r?serve le pot au noir aux marins de la Transat 6,50, avec ses sautes d?humeur : p?tole par ci, grain par l?.

A ce jeu, David s?en sort vraiment bien jusqu?? pr?sent et pointe ce soir en 24?me position, tandis que d?autres ont souffert ces derni?res heures. En s?rie, si Herv? PIVETEAU conserve sa premi?re place, St?phane LE DIRAISON recule ainsi ? la 4?me place, ? pr?s de 53 milles. Francisco LOBATO, 3?me encore il y 72 heures est d?sormais en 12?me position et Mathieu SANNIE passe de la 4?me ? la 10?me place ! Mais ces reculs au classement s?expliquent aussi par le cap plus est suivi par ces skippers, qui anticipent le retour des aliz?s de sud-est. Ils pourront ainsi ouvrir plus les voiles que leurs petits copains de l?ouest et ne devraient pas tarder ? toucher le b?n?fice de leur option.

 

Mais dans l?imm?diat, le tch?que David KRIZEK profite de sa route ouest (le plus ? l?ouest des bateaux de s?rie) pour maintenir une vitesse l?g?rement sup?rieure et remonte ? une belle 3?me place (mais par contre il va se trouver p?nalis? d?s que les bateaux toucheront les aliz?s, car il devra faire route plus pr?s du vent pour parer la marque de parcours de l??le de Fernando Do Noronha).

Il faut d?ailleurs noter les performances des skippers ?trangers, qui sont 4 dans le top 10 s?rie ce soir : outre David KRIZEK, on trouve ainsi en seconde position l?espagnol G?rard MARIN JULIA, et deux n?erlandais, Ko?n VAN ESCH et Lucas SCHRODER aux 8?me et 9?me places : la mini est v?ritablement une course internationale, et les marins fran?ais ne sont d?sormais plus les seuls ? r?gner sur les courses au large en solitaire.

 

Pendant ce temps, la t?te de la course navigue maintenant la t?te en bas, au reaching dans les aliz?s retrouv?s. Yves LE BLEVEC a franchi l??quateur ? 5 h 39 ce matin et assume son statut de leader avec 64 milles d?avance sur David SINEAU. Il est ce soir le plus rapide de la flotte, et n?est plus  maintenant qu?? 800 milles de l?arriv?e. Il devrait probablement laisser l??le de Fernando Do Noronha ? tribord d?ici 24 heures et on commence ? pouvoir envisager son arriv?e ? Bahia pour mercredi prochain.

Il faudra par contre beaucoup plus de temps pour que l?ensemble des 83 bateaux encore en course (sur 89 au d?part de La Rochelle) franchisse la ligne d?arriv?e : la flotte s??tale en effet sur 1 070 milles en latitude (Ville du Tr?port ?tant ? 509 milles d?Yves LE BLEVEC et ? 1 328 milles de Bahia) et sur pr?s de 300 milles en longitude. De fait, les bateaux sont ?parpill?s au milieu de l?oc?an Atlantique sur une superficie ?quivalente ? 2 fois la France ? On comprend alors mieux les exigences des autorit?s maritimes vis-?-vis du nombre de bateaux accompagnateurs n?cessaires pour assurer la s?curit? de la course, d?autant plus que les skippers ne disposent d?aucun moyen de communication ? longue distance (la port?e de la VHF ?tant limit?e par la courbure terrestre). Ainsi l?organisation de course ne conna?t toujours pas ce soir l?origine des probl?mes de Adrien HARDY (qui a activ? depuis plus de 24 heures sa balise pour signaler qu?il avait un souci technique, mais qu?il g?rait) et l?on ne conna?tra la nature de son avarie que lorsque le 60? Max HAVELAAR sera ? port?e.

C?est encore un autre bateau accompagnateur c?l?bre, l?Esprit d?Equipe (le seul bateau fran?ais ? avoir jamais remport?, sous le commandement de Lionel PEAN, la mythique Whitbread, la course autour du monde en ?quipage, devenue depuis la Volvo Ocean Race) qui a ?t? prendre des nouvelles ce matin de Thomas COUBES, qui ?tait muet sur les ondes depuis une semaine suite ? une panne de VHF.

 

A demain

 

Eric

18 octobre 2007 ? Bient?t l?h?misph?re sud pour les premiers

En effet, les premiers protos ont, enfin, r?ussit ? s??chapper du pot au noir et commencent ? allonger la foul?e en direction du Br?sil . Yves LE BLEVEC et ses poursuivants imm?diats, David SINEAU, Ronan DESHAYES et l?australien Nicholas BRENNAN devraient basculer de l?autre c?t? de la plan?te dans la nuit en touchant les aliz?s.

Et les premiers ? sortir de la ZCIT vont rapidement accentuer leur avance sur le reste de la flotte, qui reste d?sesp?r?ment englu?e dans un pot au noir qui ne semble pas d?cid? ? l?cher si facilement les petits bateaux de la transat 6,50 (d?ici une vingtaine de jours, ce sont les multicoques de 60 pieds de la Transat Jacques Vabre qui emprunteront la m?me route).

L??cart qui va se creuser sera alors tr?s difficile ? combler, la route vers Bahia dans les aliz?s de sud-est ne laissant que peu de perspectives d?option.

Toutefois, comme le fait remarquer justement la direction de course, l?histoire des pr?c?dentes ?ditions de la Transat 6,50 a ?t? riche en bouleversements de derni?res minutes ? vue des lumi?res de Salvador : Yves LE BLEVEC en sait quelque chose, lui qui avait d?m?t? juste apr?s avoir franchi l??quateur il y a deux ans, alors qu?il menait la course.

Voici ce qu?il confiait apr?s son arriv?e sous gr?ement de fortune : Depuis le d?part de Lanzarote nous n?avions eu droit qu?? du vent au portant avec une mer bien form?e en arrivant sur l?Equateur. On s?est retrouv? rapidement avec des vents de travers et naviguer au pr?s dans ces conditions est tr?s exigeant pour le bateau. D?un coup, mon m?t s?est v?ritablement cass? ?.

 

On ne lui souhaite absolument pas de revivre la m?me m?saventure, mais c?est le risque qu?encourent les skippers dont leur monture retrouve une allure travers au vent et ? la mer pour la fin du parcours, alors que la descente depuis La Rochelle s?est faite au portant. Les bateaux ont soufferts dans les conditions muscl?es rencontr?es entre Mad?re et l?archipel du Cap-Vert et les grains soudains du port au noir peuvent aussi avoir acc?l?r? l?a fatigue g?n?rale du gr?ement. Et comme c?est la derni?re ligne droite et qu?ils sont tous r?gatiers dans l??me, ils ne vont rien l?cher avant d?avoir franchi la ligne d?arriv?e et mener leur bateau au maximum.

 

En attendant le moment tant esp?r? de la sortie de la zone de convergence intertropicale, les bateaux de s?rie font ? leur tour des ronds dans l?eau. La vitesse de David est ainsi pass?e ce soir ? 3,2 n?uds, mais il est bien revenu dans le jeu et pointe en 26?me position, ? 172 milles de Herv? PIVETEAU (contre 218 milles hier soir). En fait, il sont une dizaine de bateaux ? se tenir en une vingtaine de milles, ce qui ne repr?sente pas grand-chose au vu des 1 300 milles restant encore ? parcourir pour entrer dans la Baie de tous les Saints.

 

En photo, un lever de soleil typique dans le pot au noir, prise par le bateau accompagnateur ? Max Havvelar ? (l?ancien 60? de Beno?t PARNAUDEAU avec lequel il a couru le Vend?e Globe et qu?il a mis ? la disposition de l?organisation de course quelques jours seulement avant le d?part, pour satisfaire aux demandes des autorit?s maritimes d?augmenter le nombre de bateaux suiveurs pour permettre aux concurrents sur liste d?attente ?dont Yves LE BLEVEC ! ? de partir).

 

Par ailleurs, ? voir absolument, la vid?o ? Esprit Mini es-tu l? ? ? Mini Transat 2007 ? sur le site du collectif Ricochet 17 : 16 minutes pour tout comprendre du fameux ? esprit mini ?, qui fait que cette classe de bateaux ne sera tout ? fait pareille aux autres :

 

http://www.ricochets17.com/              (puis onglet vid?os)

 

Et pendant que vous ?tes sur leur site, profitez en pour jeter ?galement un coup d??il sur les autres vid?os de mini, c?est sympa ? le seul probl?me, c?est qu?apr?s on ne pense plus qu?? ?a !

 

Bon, je vais aller r?ver mini,

 

A demain,

 

Eric

17 octobre 2007 ? Rackham le rouge ? l?entr?e du Pot au noir

Bonsoir,

David est revenu ce soir ? la 27?me position, continuant de grappiller des milles sur la t?te de la flotte (il est revenu ? 217 milles du leader en s?rie, alors qu?hier soir ? la m?me heure il comptait encore 293 milles de retard), et surtout continue d?afficher une des plus belles vitesses de toute la flotte ? s?rie ? : 6,4 n?uds ? 18 heures, alors que les effets du pot au noir se font d?j? sentir. C?est pas le moment de faiblir David, encore 121 milles ? rattraper pour entrer dans les 10 !

 

Au petit jeu de la grande loterie du pot au noir, St?phane LE DIRAISON ? du c?der sa premi?re place ? Herv? PIVETEAU, qui ? repris un l?ger avantage de 5 milles, alors qu?hier c??tait exactement le contraire.

 

Adrien HARDY, jusqu?alors solide second au classement g?n?ral, ? activit? sa balise sur mode ? probl?me technique ? et a r?trograd? de 5 places dans la journ?e. Ce soir,  le trio de t?te est compos? de l?in?vitable Yves LE BLEVEC, David SINEAU et Ronan DESHAYES (a noter que ? Bretagne Lapins ? d?tient le record de vitesse instantan?e du jour, avec 14 n?uds au compteur : gros grain juste au-dessus !).

Ceux-l? devraient enfin toucher dans la soir?e les aliz?s de sud-est (enfin, sur les cartes m?t?o de la NOAA, ils sont plut?t sud-sud-ouest en ce moment sur zone, ne s?orientant r?ellement ? l?est qu?une fois pass? l??quateur : un peu de pr?s pour changer, les bateaux et les skippers vont devoir de r?habituer ? vivre pench?s). Il vont enfin voir de nouveau un sillage derri?re leur bateau : gros plaisir apr?s ces quelques journ?es d?enfer, mais ils vont aussi pouvoir accentuer leur avantage et creuser l??cart avec ceux qui sont encore emprisonn?s dans le pot au noir.

 

En fait, le ph?nom?ne m?t?orologique connu des navigateurs sous l?appelation ? Pot au noir ? dans l?Atlantique s??tend sur l?ensemble de la ceinture terrestre et joue un r?le tr?s important dans le climat mondial, ainsi que l?explique M?t?o France:

 

"Les aliz?s de l'h?misph?re Nord, qui soufflent vers le sud-ouest, et ceux de l'h?misph?re Sud, orient?s vers le nord-ouest, se rencontrent dans les r?gions ?quatoriales en formant tout autour du globe un flux convergent qui surmonte une zone m?ridienne appel?e pour cette raison la zone de convergence intertropicale (en abr?g?, la ZCIT ). Des valeurs particuli?rement ?lev?es de la temp?rature caract?risent sur cette zone la basse troposh?re , mais aussi la surface terrestre, et l? o? cette surface est en outre tr?s humide (sur l'oc?an  mais ?galement dans les for?ts tropicales), l' atmosph?re charg?e de chaleur et de vapeur d?eau forme d'?normes syst?mes convectifs parsem?s de foyers orageux et fr?quemment parcourus de grains ; pareils syst?mes, auxquels les marins ont donn? le nom de pot au noir , marquent en fait la localisation des parties inf?rieures des cellules de Hadley , et la convergence du mouvement horizontal de l'air s'y r?sout en de puissantes ascendances soulevant la tropopause jusqu'? plusieurs kilom?tres au-dessus de son altitude moyenne globale.

La trace au sol de la ZCIT correspond ? une aire de basses pressions qui, tr?s grossi?rement, suit l'?quateur g?ographique ; plus pr?cis?ment, les moyennes annuelles de ces pressions se r?partissent suivant un thalweg dont l'axe, appel? l' ?quateur m?t?orologique, est situ? aux alentours de 5 degr?s de latitude nord. Mais la position de cette trace au sol varie tr?s sensiblement au cours de l'ann?e, puisqu'elle tend ? suivre le mouvement apparent du soleil , vers le nord en ?t?, puis vers le sud en hiver, avec un retard de l'ordre de six semaines ; ces fluctuations sont dans l'ensemble moins importantes sur les oc?ans que sur les continents, o? la ZCIT est en outre plus difficilement rep?rable, en raison d'une moindre r?gularit? des vents. C'est en janvier que la ZCIT atteint sa position la plus m?ridionale : elle descend alors profond?ment sur l'Afrique du Sud-Est, jusque vers 15 ? 20 degr?s de latitude, et reste enfonc?e dans l'h?misph?re Sud sur l'oc?an Indien o? elle marque la fronti?re de la mousson d?hiver ; en juillet, au contraire, la ZCIT atteint sa position la plus septentrionale et dessine tr?s haut vers le nord les fronti?res de la mousson d??t? au-dessus de l'Afrique sah?lienne et de l'Asie du Sud-Est, fronti?res qui, sur le sous-continent indien, font face ? l'Himalaya.

Comme le confirment les images satellites des bancs de cumulonimbus intertropicaux, l'activit? de la ZCIT n'est en r?alit? ni continue ni r?guli?re, que ce soit en ?tendue ou en intensit?. La largeur de cette zone, de quelques centaines de kilom?tres en moyenne, varie consid?rablement dans le temps et l'espace, et il arrive que son trac? se scinde en deux branches entourant une zone de calme, comme cela appara?t par exemple en hiver, de fa?on syst?matique, sur le Pacifique sud-ouest. D'autre part, l? o? les aliz?s d'un h?misph?re (ou bien les vents qui les prolongent) transportent de l'air venu du continent tandis que ceux de l'autre h?misph?re transportent de l'air oc?anique ? plus humide et moins chaud que l'air continental ? , les contrastes de temp?rature et d' humidit? entre les deux masses d?air ainsi transport?es s'ajoutent aux diff?rences de direction entre vents des deux h?misph?res pour ?tablir un front quasi permanent appel? front intertropical (en abr?g? FIT ) ou aussi front ?quatorial ; cette zone frontale est particuli?rement active en ?t? dans l'arri?re-pays du golfe de Guin?e, o? elle diffuse les pluies de mousson entre l' harmattan, qui souffle du nord-est apr?s avoir travers? le Sahara, et les vents issus des aliz?s de sud-est, qui transportent de l'air tr?s humide et plus frais en provenance de l'Atlantique et qui recourbent leur direction, apr?s le passage de l'?quateur, jusqu'? souffler depuis le sud ou parfois m?me le sud-ouest".

 

(source : site M?t?o France) 

 

En photo, la carte satellite de ce soir ? 18 heures : on voit bien le paquet de nuages au beau milieu de l?atlantique, qui barre la route vers le Br?sil. Le Pot au noir, qui ?tait annonc? il y a une semaine comme peut marqu?, a compl?tement chang? de physionomie et est maintenant beaucoup plus ?tendu.

 

Pour les marins, cela a pour cons?quence de mettre leur moral et leur endurance physique ? l??preuve. M?me si le spectacle qui se d?gage de cette zone est magnifique, avec des nuages d?orage d?un noir que l?on ne rencontre que l? bas et des lumi?res ? faire r?ver bien des peintres, il faut une volont? en acier inoxydable pour trouver l??nergie de continuer ? faire avancer son bateau. Les calmes plats usent les nerfs, alors que la girouette tourne sur elle-m?me, ne sachant d?o? vient le vent et que la b?me devient une ennemie ? force de balayer le cockpit. Mais l?absence de vent est aussi ?puisante physiquement : il faut en effet sans cesse man?uvrer, r?gler les voiles, matosser pour faire g?ter le bateau, alors que la temp?rature avoisine all?grement les 40 ? ? tout en restant vigilant aux grains soudains qui peuvent facilement envoyer le bateau au tapis si on se fait surprendre avec tout dessus. Le risque de casse est alors grand et c?est probablement ce qui est arriv? aujourd?hui ? Adrien HARDY.

Les seuls avantages de ces grains sont de pousser les bateaux petit ? petit vers l?h?misph?re sud, de rafra?chir momentan?ment l?atmosph?re et, aussi, tr?s important, de permettre aux skippers de prendre une bonne douche ! Il ne faut pas oublier qu?ils n?ont pas du avoir beaucoup l?occasion de se laver depuis le d?part de Mad?re et que le niveau de confort d?un mini est ? minimaliste ! (par contre, il faut ?tre rapide : d?s qu?un nuage se pointe, vite tout affaler, attraper au vol le gel douche et se savonner d?s les premi?res gouttes de pluie, au risque de devoir attendre le prochain grain pour pouvoir se rincer ?).

 

A demain,

 

Eric

16 octobre 2007 - Orage, Oh d?sespoir !

La zone de convergence intertropicale qui descend tr?s bas dans le sud joue avec les nerfs des skippers ? Ils doivent concentrer toute leur attention pour traquer le moindre souffle d?air, manoeuvrer sans cesse, mais faire tout autant attention ? ne pas se laisser surprendre par un grain soudain avec tout dessus, au risque de subir des avaries graves.

Depuis ce matin, la quinzaine de bateaux qui se sont d?tach?s du reste de la flotte ont mis de l?est dans leur cap afin d?essayer de trouver le plus vite la sortie du pot au noir, mais ?galement se positionnent pour aborder les aliz?s de sud-est avec l?angle le plus favorable.

En effet, pour atteindre Bahia les bateaux doivent faire un cap au sud-ouest et le vent va revenir par le sud-est : les spis vont retrouver leur sac, place au code 5 ou au gennaker !

 

Yves LE BLEVEC, toujours en t?te, a cependant conc?d? la moiti? de son avance, Adrien HARDY ?tant revenu ? moins de 29 milles dans son tableau arri?re, lui-m?me ?tant suivi comme son ombre par le ? Bretagne Lapins ? de David SINEAU.

 

Ces trois l? sont ce soir exactement en plein milieu de l?Atlantique : 800 milles ? gauche pour atteindre les c?tes africaines, 800 milles ? droite vers les premi?res plages br?siliennes du Nordeste.  Et la premi?re terre ? venir n?est pas l?archipel de Fernando do Noronha mais bien l?archipel de Sao Pedro e Sao Paulo, qui est exactement ? 250 milles dans l??trave d?Yves  LE BLEVEC. Un archipel m?connu constitu? de cinq ?les majeures dont Belmonte, Challenger, Cabral, Nordeste et de nombreux rochers immerg?s? Dernier d?tail : le point culminant est ?? 18 m?tres. Autant dire que le way-point est int?ressant ? noter sur son GPS et qu?il est hasardeux de compter sur ses petits yeux fatigu?s pour le rep?rer.

 

En s?rie, le duel continue entre St?phane LE DIRAISON et Herv? PIVETEAU, m?me si St?phane a repris un l?ger avantage au cours de la nuit derni?re.

 

A noter ?galement la belle bagarre des filles, entre B?n?dicte GRAULLE (17?me, Laurence CHATEAU (18?me) et V?ronique LOISEL (21?me) qui se tiennent en moins de quinze mille.

 

Toujours 29 ?me ce soir, David a toutefois repris 6 milles au cours des derni?res 24 heures et navigue toujours ? 7,5 n?uds, l?g?rement ? l?ouest de l?orthodromie. Il devrait probablement infl?chir lui aussi sa route vers l?est au cours de la nuit, pour aborder le pot au noir dans les meilleures conditions (m?me si la ZCIT est normalement plus ?tendue ? l?est de l?Atlantique qu?? l?ouest, tenter de contourner cette zone par l?ouest signifierait aussi se retrouver au bon plein pour faire route vers le Br?sil.

 

Il devrait commencer ? sentir les premiers effets du pot au noir dans la journ?e de demain et doit d?j? apercevoir les lourds nuages d?orage.

 

A demain pour un petit cours abr?g? de m?t?o sur la ZCIT,

 

Eric

15 octobre 2007 - Ville du Tr?port ? l'attaque

Comme cela se sentait d?j? hier soir, Ville du Tr?port est bien d?cid? ? refaire son retard : 2 places de gagn?es dans la nuit et il continue d?allumer : 7,5 n?uds au speedo ce soir, alors que l?aliz? se maintient encore entre 10 et 15 n?uds, de secteur nord-est. Rackham a l?air de bien aimer le grand largue ! Il tient une des vitesses les plus ?lev?es des bateaux de s?rie et revient peu ? peu dans le match.

Le ralentissement des bateaux ? l?approche du pot au noir va avoir pour effet un relatif tassement des positions, mais inversement ceux qui r?ussiront ? n?gocier au mieux cette zone de vents incertains et de grains violents vont aussi toucher les premiers le retour des aliz?s de l?h?misph?re sud.

Yves LE BLEVEC, leader incontest?, a r?ussit ? maintenir une vitesse de pr?s de 5 n?uds et a franchi le 7?me parall?le : bient?t l??quateur ? Derri?re lui, la chasse s?organise, entre Adrien HARDY, toujours second et David SINEAU en proto et St?phane LE DIRAISON et Herv? PIVETEAU en s?rie. Ces deux l? ne se quittent plus depuis hier et sont toujours ? moins d?un mille l?un de l?autre. Pour un peu, ce serait presque du match race !

Pour tous, la nuit va encore ?tre longue : pour ceux qui entrent dans la zone ce convergence intertropicale et qui vont devoir essayer de grappiller quelques pr?cieux milles dans un vent ?vanescent, tout en surveillant les grains mena?ants qui peuvent soudainement envoyer au tapis un mini surtoil? ; et pour ceux qui, derri?re, s?accrochent pour revenir sur la t?te de la course en esp?rant que le pot au noir redistribue un peu les cartes. Et la fatigue accumul?e depuis ces 9 jours de course dans un aliz? muscl? doit commencer ? laisser de s?rieuses traces sur l?organisme des skippers, alors qu?il leur faut redoubler de lucidit?.

 

Des nouvelles encourageants d?Isabelle JOSCHKE et de Sam MANUARD, deux des animateurs de la premi?re ?tape et favoris tous deux au d?part de La Rochelle, qui sont repartis de Mindelo apr?s avoir r?par?. Mais comme annonc? dans les news pr?c?dentes, S?o Vicente marquera la fin de l?aventure pour plusieurs ministes, contraints ? l?abandon .

 

A demain soir,

 

Eric

14 octobre 2007 - Destination Bahia

Bonsoir,

 

Finalement, David ne s?est pas arr?t? ? Mindelo et poursuit ce soir sa route vers le Br?sil, plein vent arri?re ? 8 n?uds de moyenne. Quel que soit le probl?me qu?il a eu ? subir, il semble que maintenant tout soit remis en ordre et qu?il est ? l?attaque : plus que 2000 milles d?oc?an devant l??trave avant la prochaine terre !

 

Ville du Tr?port fait cap ce soir au sud-ouest, ce qui semble la meilleure tactique pour aborder le pot au noir, moins ?tendue dans sa partie ouest. Par contre, cela signifie aussi que, une fois la ZCIT franchie, il abordera l?aliz? de sud-est plus vent de travers que ceux qui tentent de passer ? l?est.

 

Difficile pour l?instant de dire quelle est la bonne option, tant le franchissement du pot au noir ressemble un peu ? une grande loterie : ? quelques centaines de m?tres pr?s, certains ont du vent (parfois m?me trop), tandis que d?autres sont totalement scotch?s sur l?eau, les voiles fasseyantes. Il faut avoir les nerfs solides ? et aussi un peu de chance. Et il faudra que David ait ce petit coup de chance pour esp?rer refaire une partie de son retard, mais c?est aussi cela la course au large : rien n?est jou? d?avance.

 

En t?te de la course, Yves LE BLEVEC devrait aborder le pot au noir dans la nuit. Son avance accumul?e sur ses poursuivants (87 milles sur Adrien HARDY) devrait lui permettre de conserver sa place de leader sans difficult?. Pour l?instant, il est bien parti pour exploser le record de l??preuve, mais apr?s tout n?est-il pas un habitu? des records ? la voile ? En effet, il faut rappeler qu?il est d?tenteur du troph?e Jules Verne (le tour du monde en ?quipage) sur le maxi catamaran Orange II de Bruno PEYRON en 50 jours et 16 heures, record ?tabli en 2005.

 

En s?rie, le premier skipper est toujours ce soir Herv? PIVETEAU (en 13?me position au g?n?ral, ? 161 milles de LE BLEVEC), mais il navigue ? vue de St?phane LE DIRAISON. Et ce dernier, qui a remport? la premi?re ?tape entre La Rochelle et  Mad?re, est de fait devant au classement cumul? : la nuit va ?tre longue pour les deux skippers, qui vont surveiller leurs feux de t?te de m?t.

 

Une bonne nouvelle pour les admirateurs d?Isa : elle devrait reprendre la mer d?s ce soir.

 

Une erreur de ma part dans la pr?c?dente news : la ville de Mindelo est situ?e sur l??le de S?o Vicente et non sur Santo Ant?o. D?sol? pour les ?ventuels lecteurs Cap-Verdiens de cette grossi?re erreur de topographie !

 

En compl?ment ? la news d?hier sur l?histoire du Cap-Vert, ces ?les nous offrent une vraie culture musicale, avec des artistes mondialement connus, la principale ?tant Cesaria Evora, plusieurs fois disque d?or et r?compens?e aux Grammy Awards et aux Victoires de la Musique et qui r?side ? Mindelo.

Dommage pour les skippers contraints de faire escale : elle est en ce moment en concert ? Moscou ?

 

Pour les amateurs de musique du monde, un petit d?tour s'impose par le site suivant, qui vous permettra d'?couter divers extraits des artistes locaux :

 

http://www.mindelo.info/musique_radio.php

 

 

Mindelo poss?de enfin ?galement un point commun avec Bahia et le Br?sil : chaque mois de f?vrier, un carnaval tr?s color? envahit les rues de la ville, au son des trompettes et des percussions.

 

Pour finir, pour ceux qui veulent d?couvrir en photos le Cap-Vert, je recommande le site suivant :

 

http://www.mindelo.info/forum/album.php

 

 

Bonne nuit,

 

Eric

14 octobre 2007 ? Enfin le Cap Vert

Bonjour ? tous,

 

L?aliz? de nord-est n?en finit pas de s?essoufler, avec moins de 10 n?uds cette nuit pour les bateaux en approche de l?archipel Cap-Verdien. Au pointage satellite de midi, Ville du Tr?port ?tait en 32?me position, naviguant ? 7,5 n?uds entre les ?les de Santa Luzia et et Santo Antao. David a en effet remis de l?ouest dans son cap depuis hier soir : choix tactique pour anticiper le passage du pot au noir, plus pr?sent ? l?est, ou bien cela signifie t?il qu?il a l?intention de faire une escale technique ? Mindalo (situ? sur l??le de Santo Antao) ? R?ponse probablement ce soir.

 

 

Chez les protos, Yves LE BLEVEC m?ne toujours le bal, entra?nant loin dans son sillage (pr?s de 90 milles d?avance !) Adrien HARDY et David SINEAU. Pour l?anecdote, le bateau de ce dernier, baptis? du nom de son sponsor ? Bretagne Lapin ?, est aussi un clin d??il aux superstitions maritimes : m?me si plus aucun raison technique ne justifie aujourd?hui la peu du lapin sur un bateau, la tradition veut que l?on ne parle pas du cousin du li?vre ? bord d?un bateau, sous peine de malheur ! (et je ne devrait m?me pas en parler sur ce site ? si le serveur plante, la cause sera toute trouv?e !).

Plus s?rieusement, cette superstition remonte ? l??poque h?ro?que de la marine ? voile, du temps o? les voyages ?taient tr?s longs (la vitesse des galions, lourdement charg?s et peu manoeuvrants, ?tait inf?rieure ? 5 noeuds) et o? l?on embarquait la nourriture vivante ! Or, le lapin, animal rongeur qui ? de plus une tendance ? se reproduire tr?s facilement, avait la f?cheuse habitude de se nourrir du chanvre qui calfatait les bord?s des navires? avec les cons?quence que l?on imagine facilement !

En tout cas, cela n?emp?che pas David SINEAU de faire une tr?s belle course, comme quoi le lapin se casse les dents sur le carbone.

 

Ces skippers sont en train d?attaquer la fameuse zone de convergence intertropicale, qui se situe en ce moment autour du 8?me parall?le nord et qui ne semble pas tr?s ?tendue au vu des tique cartes m?t?o actuelles. Mais la principale caract?ristique de cette zone de transition m?t?o entre l?aliz? de nord-est de l?h?misph?re nord et l?aliz? de sud-est de l?h?misph?re sud est la grande instabilit?. Il est extr?mement difficile de pr?voir avec pr?cision le temps que les bateaux vont rencontrer et il ne faut surtout pas oublier que les skippers de la Transat 6,50 n?ont ? leur disposition pour toute information m?t?o que les bulletins audio re?us ? heure fixe sur leur petit poste radio BLU. Le meilleur moyen pour essayer d?anticiper, autant que possible, les conditions m?t?o, reste encore de surveiller son barom?tre et les variations de pression. Et ? ce jeu, LE BLEVEC fait pour l?instant la course parfaite : il a su se d?caler dans l?ouest apr?s le passage du Cap-Vert pour aller chercher le vent et profite de conditions plus favorables que ses poursuivants, encalmin?s plus ? l?est de l?orthodromie.

 

A noter cette nuit l?abandon de Quentin MONEGIER, 21?me au classement g?n?ral hier soir, suite ? une rencontre avec un OFNI (objet flottant non identifi?), qui a provoqu? une importante voie d?eau. Apr?s avoir activ? la balise de d?tresse, il a ?t? h?litreuill? peu avant minuit par un h?licopt?re de la Marine Nationale embarqu? ? bord de la fr?gate Le Germinal.

 

En parlant d?abandon, 5 skippers au total ont du se r?soudre ? arr?ter l?aventure, dont 4 depuis le d?part de Mad?re : outre Quentin, Emmanuel LAURENT, sur d?m?tage, Jonas GERCKENS sur avaries multiples (ballasts, pilotes, ?nergie) et Alex PELLA (sur risque de rupture du m?t). Ce dernier faisait parti des favoris, ayant d?j? termin? troisi?me en 2003 et second il y a deux ans.

Par ailleurs, Andrea CARRACCI, qui a d?m?t? et fait route sous gr?ement de fortune vers Mindelo, est toujours officiellement en course, mais devrait ?galement s?arr?ter ? Porto Grande. De m?me, il n?est pas certain qu?Isabelle JOSCHKE poursuive la course. De fait , il faudra attendre que tous les bateaux aient atteint Mindelo pour conna?tre pr?cis?ment le nombre des avaries subies par les bateaux lors de cette descente expresse depuis Mad?re dans un aliz? muscl?.

Enfin, Aloys CLAQUIN a fait demi tour depuis ce matin et remonte vers Mindelo.

 

A ce soir,

 

Eric

13 octobre 2007 - un peu de culture g?n?rale

L?archipel du Cap Vert est compos? de 10 ?les principales d?origine volcanique, d?une superficie totale de 4 033 km? et formant un arc de cercle su large des c?tes du S?n?gal : au sud les ?les sous le vent (Brava, Fogo, Santiago et Maio) et au nord les ?les au vent (Boa Vista, Sal, S?o Nicolau, Santa Luzia, S?o Vicente et Santo Ant?o).

Neuf ?les sont aujourd?hui habit?es (environ 337 000 habitants).

Un volcan cuminant ? 2 829 m?tres, situ? sur l??le de Fogo, est toujours en activit?.

 

L?archipel est soumis ? un climat tropical, peu humide, avec une temp?rature moyenne de 25? tout au long de l?ann?e.

Sur l??le de Maio, la tortue g?ante vient sur la plage pour y pondre ses ?ufs et les eaux chaudes de l?archipel abritent de nombreuses esp?ces de poissons et mammif?res marins.

 

Les grandes plages et l?aliz? toujours pr?sent sont ?galement un paradis pour les surfeurs.

 

 

L?histoire du Cap-Vert ? ?t? plut?t mouvement?e : d?couvertes en 1456 par des navigateurs Portugais, l?archipel du Cap-Vert est situ? ? environ 500 kilom?tres du continent africain. Le navigateur g?nois, Antonio da Noli, sous le commandement du roi du Portugal, L?Infant Henri, explore le groupe oriental des ?les, et installe d?s 1462, la Capitainerie de Ribeira Grande, dans la partie sud de l?Ile de Santiago. Le groupe occidental des ?les sera explor? plus tard, notamment par Diogo Gomes, qui en prend possession au nom du Portugual.

 

Ces ?les, situ?es ? proximit? du continent africain, vont d?abord ?tre une escale de ravitaillement pour les navires portuguais, avant de devenir un important centre de la traite des noirs.

En 1533, la cr?ation du dioc?se de Santiago et la construction d?une cath?drale font de Ribeira Grande la premi?re ville catholique dans les Tropiques. Des colons europ?ens, administrateurs, missionnaires, commer?ants ou exil?s s?installent en petit nombre, peuplant peu ? peu les ?les de l?archipel. Pour r?pondre aux besoins de main-d??uvre pour les travaux agricoles, de nombreux esclaves d?Afrique noire sont ammen?s sur les ?les et convertis ? la religion catholique. Apr?s l?abolition de l?esclavage en 1866 et l?effondrement de l??conomie locale qui reposait sur ce trafic, une partie importante de la population ?migre, qui vers les Etats-Unis, qui vers l?Angola ou Sao Tom?.

A partir de 1889, une dictature f?roce s?installe sous Antonio De Oliveira, aggrav?e encore par la famine. Un r?gime fasciste le remplace en 1926, mais le pays reste toujours aussi pauvre et totalement isol? du reste du monde. De nouvelles famines frappent durement la population au cours des ann?es 1940, incitant de nombreux Cap-Verdiens ? abandonner leurs ?les et ? fuir vers l?Europe.

Apr?s une lutte avec le Portugal, men?e par Amilcar et Luis Cabral, le Cap-Vert obtient son ind?pendance le 05 juillet 1975, puis se s?pare de la Guin?e Bissau le 14 novembre 1980.

Depuis 1991 et les premi?res ?l?ctions pr?sidentielles, le Cap-Vert est un pays d?mocratique, ouvert sur le tourisme.

 

 

Un petit point sur la course en milieu de journ?e :

David est point? ce midi ? la 31?me position, cap au sud ? la vitesse de 6 n?uds dans un aliz? qui commence ? s?essoufler. Il semble faire route vers le passage entre l??le de Sao Nicolau et Sal, ce qui voudrait dire qu?il ne compte pas s?arr?ter ? Mindelo.

 

En t?te du classement des bateaux de s?rie, Herv? PIVETEAU a pris le commandement devant St?phane LE DIRAISON, et Francisco LOBATO est revenu ? la 3?me place.

 

A ce soir pour de nouvelles infos,

 

Eric

12 octobre 2007 - Bient?t le Cap-Vert pour Ville du Tr?port

Ce soir, ce sont pas moins de 14 protos qui ont franchi l?archipel du Cap Vert, et vont maintenant choisir la route qu?ils pensent ?tre la meilleure pour franchir le pot au noir dans les meilleures conditions. Dans l?imm?diat, la zone de convergence intertropicale n?est pas trop ?tendue et ne devrait pas emprisonner trop longtemps les premiers de la flotte. Toutefois, il semble que les bateaux les plus ? l?ouest soient un peu mieux positionn?s pour attaquer cette zone redout?e pour ses calmes plats, suivis de grains soudains. Yves LE BLEVEC, toujours devant Adrien HARDY, est id?alement plac?, mais les ph?nom?nes m?t?o dans la ZCIT sont toujours impr?visibles et pourraient, pourquoi pas, b?n?ficier au troisi?me de la bande, l?australien Nicolas BRENNAN (quand on vous dit que la Transat 6,50 a vraiment une renomm?e internationale !).

 

Les deux premiers bateaux de s?rie, St?phane LE DIRAISON et Herv? PIVETEAU, vont ?galement sortir de l?archipel en fin de nuit, alors qu?ils naviguent actuellement group?s entre les ?les Santa Luzia et Sao Nicolau.

 

David est toujours bien orient? pour franchir l?extr?mit? ouest de la porte repr?sent?e par l??le de Santo Antao, mais il a visiblement effectu? une manoeuvre cet apr?s-midi, avec un, voire deux empannages pour mettre d?abord de l?ouest dans son cap avant de revenir sur un cap au plein sud, ce qui a rallong? la route parcourue. Il doit ce soir naviguer quasiment ? vue d?Isabelle JOSCHKE, qui a fortement ralentie depuis son avarie de bout-dehors.

 

En fait, depuis plus de deux jours David perd aussi progressivement du terrain sur ses concurrents directs, pour naviguer ce soir en 33 ?me position au classement s?rie, ce qui n?est pas sp?cialement normal : probl?me de pilote, ou bien spi endommag? ?

(pour l?instant, il ne s?agit que d?hypoth?ses de ma part, ? d?faut de pouvoir entrer directement en contact avec lui, mais il navigue clairement un cran en dessous de son niveau).

A la vitesse ? la laquelle il navigue ce soir (4,8 n?uds), il devrait voir les c?tes du Cap-Vert en fin de nuit ou bien dans la matin?e de demain, mais l?aliz?, toujours bien ?tabli avec 15 n?uds de nord-nord-est , soit plein vent arri?re,doit faiblir dans la nuit sous les 10 n?uds, en s?orientant plus au nord-est. Au passage de l?archipel du Cap-Vert, le vent devrait toutefois se renforcer, sous l?effet venturi provoqu? par les reliefs des ?les.

 

Porto Grande, le port de Mindelo, sur l??le de  Sao Vicente (photo), s?appr?te ? accueillir un certain nombre de bateaux, encore inconnu pr?cis?ment puisque les skippers ayant connu des avaries diverses n?ont pas tous inform? par radio le PC course de leur intention. Les rares magasins de la ville (? ma connaissance, seulement 2 magasins sp?cialis?s dans le nautisme) risquent d??tre rapidement d?valis?s, et il n?y a pas de stock de pi?ces d?tach?s. Par contre les Cap-Verdiens ont une r?putation d?accueil et de serviabilit? et les skippers malchanceux trouveront s?rement le moyen de bricoler une r?paration qui leur permettra de repartir au plus vite.

Cet apr?s-midi, c?est le belge Peter LAUREYSSEN (vainqueur en s?rie il y a deux ans) qui a fait une br?ve escale ? Mindelo, pour changer ses batteries (comme quoi, cela n?arrive pas qu?? David !).

 

On verra demain quels sont les bateaux qui font escale pour r?parer.

 

Eric

11 octobre 2007 - en approche du Cap-Vert

Yves LE BLEVEC, toujours en t?te de la flotte,  fait cap depuis ce matin au sud-ouest, pour passer probablement entre l??le de Santo Antao, ? porte ? ouest ? laisser imp?rativement ? tribord et l??le de Sao Nicolau. Il devrait traverser l?archipel dans la nuit.

 

Derri?re, plusieurs des pr?tendants ? la victoire ont subis des avaries qui les contraignent ? lever fortement le pied, comme Isabelle JOSCHKE, mais ?galement Sam MANUARD qui lui aussi conna?t des probl?mes de bout-dehors. Isa devrait s?arr?ter au Cap-Vert pour tenter, peu-?tre, de r?parer.

De nombreux autres skippers vont ?galement faire un ? arr?t au stand ? pour r?parer. Les pilotes automatique, notamment, semblent avoir beaucoup souffert des conditions de vent et de mer rencontr?s. En fait, beaucoup de bateaux, et notamment les prototypes, utilisent des pilotes hydrauliques, plus puissants mais ?galement plus consommateurs en ?nergie, qui sont reli?s directement ? l?axe de barre, tandis que David a pr?f?r? une solution ? base de pilotes ?lectriques TP 30, comme ceux que tout plaisancier peut utiliser (merci au passage ? Simrad).

 

L?aliz? aura donc fortement marqu? les bateaux et les skippers au cours de cette travers?e expresse entre Mad?re et le Cap-Vert, en pr?levant son lot de casse. La derni?re victime en date est l?italien Andrea Caracci, qui a d?m?t? et fait route sous gr?ement de fortune. Une inqui?tude ?galement pour Francisco LOBATO qui, apr?s avoir pris la t?te des bateaux de s?rie est pass? brusquement de la 6?me place au g?n?ral ? la 26 ?me place. Un bateau accompagnateur se d?place sur zone pour voir la cause de ce coup de frein.

 

L?aliz? est toujours orient? au nord-nord-est, mais commence ? faiblir sur l?arri?re de la flotte, comme annonc? hier. David navigue maintenant avec moins de 20 n?uds, qui devrait continuer ? mollir demain, entre 10 et 15 n?uds. Alors qu?il maintient encore ce soir une vitesse de 7,5 n?uds, Ville du Tr?port devrait ralentir ? l?approche de l?archipel cap-verdien, qui constitue la derni?re marque de parcours avant l??le de Fernando De Noronha, au large des c?tes br?siliennes. Le passage au milieu des ?les volcaniques, qui peuvent causer de forts d?vents, dans un flux de nord-est faiblissant risque d??tre un peu laborieux et ? ce petit jeu, les premiers ? passer risquent de creuser l??cart avec leurs poursuivants.

Afin d?anticiper le passage au mieux, David s?est recal? cet apr?s-midi dans l?ouest et devrait maintenant pouvoir descendre tout droit, sans avoir besoin d?empanner ? nouveau.

 

La journ?e de demain va ?tre int?ressante, puisque la ? porte ? impos?e par le comit? de course va agir comme un entonnoir : tous les bateaux, ?parpill?s sur plus de 100 milles en latitude depuis Mad?re, vont tous se retrouver. Derni?re navigation ? vue avec les copains avant la travers?e de l?Atlantique, les prochaines retrouvailles seront sur les pontons de Bahia !

 

A demain pour confirmer tout cela,

 

Eric

10 octobre 2007 ? Les avaries continuent

Tandis que plusieurs skippers qui avaient ?t? contraint de faire escale ? Santa Cruz de Palma, aux Canaries, ont repris la mer aujourd?hui, les conditions de vent et de mer sur zone continuent de malmener la flotte. Les minis portent toute la toile possible, c?est-?-dire probablement 2 ris dans la grand-voile et le petit spi, avec peut-?tre le solent ?galement. Dans ces conditions, il peut suffire d?une vague plus haute ou crois?e pour prendre le pilote automatique en d?faut et c?est le d?part au tas assur?, m?t dans l?eau ; ou bien le bateau part en surf et rattrape la vague de devant, avec un risque de casse du bout-dehors. A chaque fois, c?est un peu la loterie : ou bien le bateau et le bonhomme se rel?vent sans casse et c?est reparti pour un tour, ou bien il y a des d?g?ts plus ou moins importants : rupture de bout-dehors, safrans cass?s sous la pression, panneaux solaires arrach?s, barres de fl?che endommag?es, a?riens en t?te de m?t disparus ? Mais c?est la course et aucun skipper ne relachera la pression tant que la ligne d?arriv?e ne sera pas franchie.

 

Plusieurs avaries ont ?t? signal?es aujourd?hui et les bateaux accompagnateurs ont ?t? parfois d?rout?s par l?organisation de course pour v?rifier visuellement si les skippers n?avaient pas de bobos.

Notamment l?organisation s?inqui?tait hier soir de la route suivie par Isabelle JOSCHKE, qui faisait cap ? l?est et avait fortement ralentie. Et de fait elle conna?t depuis le passage des Canaries de gros soucis avec son bout-dehors, dont le syst?me d?articulation (qui permet d?anguler le bout-dehors au vent comme on le ferait avec un tangon) est cass?. Apr?s plusieurs tentatives de r?paration, c?est finalement le tube de carbone lui-m?me qui s?est bris?, en m?me temps que le moral d?Isa. Apr?s avoir pens? un moment revenir sur les Canaries, elle pense finalement faire escale au Cap-Vert pour r?parer, mais ses espoirs de victoire finale s??chappent?

 

 

Ville du Tr?port a r?trograd? la nuit derni?re de la 24 ?me place ? la 30 ?me : grosse fatigue et panne de r?veil pour David ou bien probl?me technique ? En tout cas, il a depuis remis du charbon, puisqu?il surfe ? une vitesse moyenne de 10,7 n?uds, ce qui en fait l?un des quatre bateau de s?rie les plus rapides au pointage de 18 heures ! Ca fume devant l??trave, ambiance Rock?n Roll garantie, il y a du retard ? rattraper !

 

En fait, quand on regarde les positions, on constate que le groupe qui avait choisi l?option mauritanienne ou m?dianne (soit a peu pr?s un tiers des bateaux) a pris une l?g?re avance par rapport ? ceux rest?s proches de l?orthodromie, en b?n?ficiant plus t?t de vents plus forts, mais ils doivent maintenant se recaler pour passer la porte du Cap-Vert, en naviguant au largue plut?t qu?au vent arri?re. M?me si c?est une allure qui convient bien aux minis, ils risquent de souffrir plus de la houle, maintenant bien ordonn?e au nord-nord-est.

 

En t?te, Yves LE BLEVEC m?ne toujours le bal devant Adrien HARDY en proto et Francisco LOBATO devance St?phane LE DIRAISON en bateaux de s?rie. St?phane confirme ainsi qu?il est un pr?tendant au titre, apr?s sa belle victoire ? Mad?re.

 

L?aliz?, ?tabli autour de 20 n?uds, devrait toutefois faiblir en fin de semaine ? l?approche de l?archipel Cap-Verdien, avec une d?pression orageuse qui arrive sur les Canaries. Ce changement va-t-il ralentir ceux de devant pendant que derri?re la pression se maintient ou bien va-t-il y avoir un effet ? passage ? niveau ? .

 

 

R?ponse probablement apr?s-demain

 

Eric

09 octobre 2007 : les Canaries dans le sillage

Bonsoir,

 

Apr?s 4 jours de mer, les Canaries sont maintenant dans le sillage des minis, qui ont mis le cap sur l?archipel du Cap Vert, situ? au large des c?tes du S?n?gal et da la Mauritanie, qu?ils devraient atteindre dans moins de 72 heures.

L?aliz? de Nord-Est est maintenant bien ?tabli et souffle autour de 25 n?uds, propulsant les bateaux dans des surfs dont les minis ont le secret ? mais qui se terminent parfois aussi par des d?parts au lof ou ? l?abatt?e m?morables. Plusieurs skippers ont connu ce genre de m?saventure au cours des derni?res 24 heures, avec les cons?quences que cela entra?ne : bateau en vrac, grosse frayeur pour le skipper (avec bien souvent un r?veil un peu brutal), spis transform?s en chaluts ou enroul?s autour de l??tai et tout qui vole ? l?int?rieur.

Mais il y a aussi parfois de la casse, comme l?ont exp?riment? plusieurs concurrents : bouts-dehors bris?s, pilotes qui rendent l??me en s?rie, safran cass? pour S?bastien GLADU et enfin un d?m?tage, celui d?Emmanuel LAURENT, qui rentre sous gr?ement de fortune aux Canaries.

 

Les Minis sont en effet en configuration ? Transat ? et embarquent la totalit? de l?eau et de la nourriture n?cessaire pour la travers?e, soit un minimum de 160 ? 180 kilos (140 litres d?eau plus la nourriture. M?me si l?essentiel des rations journali?res des skippers se compose de plats lyophilis?s dont je vous reparlerais un de ces jours, ils ont aussi embarqu? des vivres frais au d?part de Mad?re). Ce poids suppl?mentaire par rapport ? une configuration de course de moins d?une semaine, rapport? au d?placement d?un mini (environ 1 100 ? 1 200 kilos pour un bateau de s?rie et probablement moins de 750 kilos pour un proto de derni?re g?n?ration comme le plan FINOT d?Isabelle JOSCHKE), modifie assez sensiblement leur comportement dans une mer form?e. Mais ils vont s?all?ger assez vite et bient?t les skippers eux-m?mes vont commencer ? fondre sous le soleil ?crasant du pot au noir?

 

Les bateaux les plus d?cal?s ? l?Est, qui ont touch? les premiers le retour du vent, ont ?galement eu le plus de pression dans les voiles, avec des rafales qui ont atteint les 40 n?uds cette nuit entre les ?les de l?archipel des Canaries, et une forte houle : chaud devant !

 

Les partisans de la route directe, comme David, n?ont touch? les aliz?s qu?aujourd?hui et ils ont commenc? ? allonger la foul?e. C?est maintenant que leur position, sur l?orthodromie, va devenir un avantage en terme de distance ? parcourir.

 

Apr?s 4  jours de course, on commence ? voir les protos se d?tacher assez nettement des bateaux de s?rie, qu?ils surclassent en vitesse d?s qu?ils peuvent ouvrir les voiles. Et heureusement, vu la diff?rence de budget (sup?rieur ? 120 000 ? pour un proto r?cent) !

Seul Francisco LOBATO r?ussit ? s?accrocher aux protos, en accrochant ce soir une sixi?me place au classement g?n?ral. En t?te de la flotte, Adrien HARDY a pris le commandement, devan?ant Yves LE BLEVEC de 4 petits milles, tandis que Isa semble avoir quelques soucis, sa vitesse moyenne ayant fortement chut?.

 

David a repris 3 places dans la journ?e, et est ce soir en 24 ?me position, bien plac? pour n?gocier au mieux l?atterrissage sur l?archipel du Cap-Vert.

Apparemment, tout va bien ? bord.

 

A demain,

 

Eric

08.10.2007 : L'archipel des Canaries travers? par la flotille

Comme annonc? hier soir, la flotte est ce soir ?parpill?e au travers de l'archipel des Canaries. Ceux partis chercher le vent  ? l'est, comme Adrien HARDY (un des pr?tendants au titre final) ou St?phane LE DIRAISON (vainqueur en s?rie ? Mad?re) ont b?n?fici? les premiers de la bascule et du retour de l'aliz? et cravachent ? plus de 10 noeuds, mais doivent maintenant rattraper la route parcourue en plus.

Ce soir, c'est Yves LE BLEVEC qui m?ne la bal, en plein sur la route directe, mais Isabelle JOSCHKE, qui avait choisi une option m?diane, revient tr?s fort sur la t?te de la course et pointe d?sormais en 3?me position. Toutefois, leur vitesse moyenne est presque inf?rieure de moiti? au groupe de l'est (4,8 noeuds pour LE BLEVEC, 5,9 noeuds pour Isa et 11,8 noeuds pour Adrien HARDY). Le portuguais Francisco LOBATO (tiens, ?a faisait longtemps que je n'avais pas parl? de lui) a pris la t?te des bateaux de s?rie.

Ville du Tr?port est toujours cal? sur l'orthodromie et navigue cap au sud-ouest ? presque 6 noeuds.

L'aliz? de nord-est devrait se renforcer dans les prochaines heures et  toucher enfin l'ensemble de la flotte : tout le monde va acc?lerer !

Apr?s deux jours de course, les premi?res avaries commencent ? appara?tre : apr?s la fissure de son m?t carbone qui l'avait oblig?, d?s le d?part, ? rentrer au port de Funchal, Alex PELLA (un autre favori) est reparti avec presque 24 heures de retard, mais l'australien Tom BRAIDWOOD est revenu ? son tour sur Mad?re suite ? une panne de pilote automatique. Deux bateaux (dont le leader de la flotte ce midi, Laurent BOURGUES, ont connu des ruptures de bout-dehors (ce qui les emp?che de porter leur spi) et ont d?cid? de s'arr?ter ? Santa Cruz de T?neriffe pour r?parer. Plusieurs autres skippers ont signal? des spis d?chir?s, des drisses cass?s, ... le lot habituel des courses au large.

Maintenant, la prochaine marque de parcours est l'archipel du Cap Vert, avec une obligation de passer au milieu, avant de pouvoir virer ? droite.

A demain pour de nouvelles infos,

Au fait, la galerie photo est - enfin - ? jour !

Eric

07 octobre 2007 : situation apr?s la premi?re nuit

Bonjour,

Bonne nuit pour David (enfin, fa?on de parler, vu qu'il n'a pas du dormir beaucoup !) : ce matin, au positionnement de 06 h, il ?tait en 3?me position des bateaux de s?rie et 14 ?me au classement g?n?ral (cela se confirme, Rackham aime bien le pr?s dans le petit temps ;-).

La situation m?t?o est toujours aussi tordue ce matin, avec des vents tournants entre 0 et 10 noeuds, mais cela devrait s'organiser dans la journ?e, le flux s'orientant au nord-est en se renfor?ant progressivement jusqu'? 20 noeuds : le moment de d?poussi?rer les spi !

Pour l'instant, la vitesse moyenne de la flotte est comprise entre 2 et 6 noeuds, David naviguant ? 4,3 noeuds : pas mal, vu les petits airs. Il s'est recentr? l?g?rement par rapport aux tenant de l'option Est et semble opter pour une route m?diane par rapport ? la route directe (route choisie par les deux sister-ship du team Adria).

Je n'ai pas d'autre info pour le moment sur l'incident survenu avec Andraz MIHELIN, le concurrent slovaque Adria mobil too. Pour la petite histoire, Rackham et Adria mobil too ont ?t? ? couple dans le bassin des chalutiers de La Rochelle pendant deux jours, apr?s le d?part retard? : il y aurait-il comme une petite jalousie entre ces deux bateaux ?

A ce soir,

Eric

07.10.2007 : Une premi?re journ?e de p?tole

Bonsoir ? tous,

Les premi?res 38 heures de course dans cette seconde ?tape de la Transat 6.50 ont connu des conditions tr?s faible : le 1er, Yves LE BLEVEC, n'a parcouru que 125 milles depuis hier midi et se trouve ? mi-chemin des ?les Canaries.

Les conditions m?t?o de la nuit devraient ?tre encore tr?s faibles, l'aliz? ne revenant qu'? compter de demain, par l'ouest. Ceux qui se sont le plus d?cal? vers les c?tes africaines vont toucher en premier le vent frais et vont acc?lerer, tandis que ceux rest?s sur l'orthodromie (la route directe) vont devoir subir encore quelques heures un vent ?vanescent. Est-ce que le vent sera suffisamment fort pour compenser la route suppl?mentaire effectu?e depuis hier par les tenants de l'option ouest ? La flotte s'?tale ce soit sur presque 200 kilom?tres en latitude, ce qui confirme que les skippers n'ont pas tous fait la m?me analyse de la situation m?t?o. Les slov?nes, notamment, sont tr?s d?cal?s ? l'ouest de la route : coup m?t?o ou option suicidaire ?

David a visiblement choisi de rester assez proche de l'orthodromie, comme Yves LE BLEVEC, et pointe ce soir en 7?me position au classement s?rie, mais ne progresse qu'? 1 noeud ... Vivement le retour de l'aliz? !

Sinon, pour info, il semble bien se confirmer que ce serait David qui serait en tort dans la collision avec le slov?ne Andraz MIHELIN lors du d?part : celui-ci, babord am?re, ? vir? devant David et s'est donc retrouv? tribord, donc prioritaire (r?gle 10 de l'isaf). David, encore babord  am?re, ne s'?tant pas ?cart? et n'ayant donc pas ?vit? le contact (r?gle 14 de l'isaf), le jury risque de lui attribuer une p?nalit? en temps, conform?ment a la r?gle 15.1 des instructions de course. Toutefois, cette d?cision ne devrait ?tre prise qu'apr?s l'arriv?e ? Bahia, apr?s instruction. Notamment, David pourra ?ventuellement d?montrer que pendant le virement de bord Andraz n'a pas respecter la r?gle 13, qui pr?cise que lorsqu'un bateau ? d?pass? la position bout au vent il doit se maintenir ? l'?cart jusqu'? ce qu'il soit sur une route au plus pr?s.

Allez, une petite pens?e pour David qui ne va pas dormir encore beaucoup cette nuit et ? demain.

Eric

06 octobre 2007 : Adeus MADEIRA

Apr?s 10 jours, 14 heures et quinze minute ?coul?s depuis le passage de la ligne d?arriv?e de la premi?re ?tape, David ? pris ? 13 h 17 le d?part de la seconde ?tape de la Transat 6,50,dans un vent de sud ouest de moins de 10 noeuds et sous une petite pluie fine (comme quoi il pleut aussi de temps en temps ? Mad?re !).

Un premier d?part, donn? comme pr?vu ? 13h02, a donn? lieu ? un rappel g?n?ral et lors du second d?part David a percut? le slovaque Andraz MIHELIN, suite ? un refus de tribord (mais je ne sais pas encore qui a refus? le tribord). Contact pris avec Marco, le papa de Nat qui ?tait sur l?eau au moment du d?part mais n?a pas assist? directement ? l?incident, la situation semblait assez confuse. Il n?y a toutefois pas de d?g?t apparent pour David, mais Andraz ? d? rentrer au port pour r?parer son bord?. Il est reparti en fin d?apr?s-midi et est de nouveau en course, mais il doit se dire qu?il n?a vraiment pas de chance : lors du d?part de La Rochelle, il avait ?t? percut? par un bateau spectateur et avait subi ?galement des avaries, ce qui ne l?avait pas emp?ch? de finir 5 ?me de la premi?re ?tape.

 

Malgr? cet incident, David a pris un bon d?part, en 5?me position des bateaux de s?rie et 30 ?me sur 88 partants. (suite ? des probl?mes de sant?, le suisse Jacques VALENTE a du renoncer ? s??lancer vers le Br?sil. Jacques ?tait un concurrent direct de David, naviguant ?galement sur un Ginto).

Pour Ville du Tr?port, tout est encore jouable sur cette travers?e, avec une seule journ?e d??cart sur St?phane LE DIRAISON (premier ? Mad?re en bateau de s?rie), ce qui ne repr?sente rien sur une travers?e de l?Atlantique : contrairement ? la premi?re ?tape o? des conditions m?t?os id?ales ont permis une route quasi-directe, toujours au portant, il peut y avoir des surprises et des coups m?t?o ? jouer. La travers?e du pot au noir, notamment, ressemble un peu ? un jeu de hasard, avec de grands calmes qui se transforment en grains violents en quelques instants. Il ne faut pas se laisser surprendre et savoir anticiper, pour ?tre au bon endroit au bon moment.

 

Dans l?imm?diat, il va falloir choisir la meilleure route jusqu?aux Canaries. La situation m?t?o sur Mad?re est un peu compliqu?e en ce moment, avec un vent faible de secteur Sud-Ouest, c?est-?-dire exactement dans le nez des bateaux sur la route directe vers les Canaries.

Apr?s 3 heures de course, il semble que David ait choisi une option proche de la route directe, au pr?s : des conditions qu?aime bien  Rackham Le Rouge ! Beaucoup de skippers tentent cependant une option ? l?est, le long des c?tes africaines, pour aller chercher plus vite la bascule qui doit survenir en tout d?but de semaine, avec le retour de l?aliz? de Nord-Est. Toutefois, est-ce que ce d?tour, avec un nombre de milles parcourus en plus, sera payant (sachant qu?en plus cela les rapproche des ?les de l?archipel des Canaries, qui cr?ent un d?vent non n?gligeable qui s??tend loin au large) ? R?ponse dans deux ? trois jours !

Pass? les Canaries, l?aliz? devrait se renforcer autour de 20 n?uds et propulser la flotte sous spi jusqu?au pot au noir.

 

 

Maintenant, c?est l?exp?rience du grand large qui va parler : les skippers n?ont plus ? leur disposition que les infos m?t?o re?ues sur leur poste radio BLU pour se faire une id?e du syst?me m?t?o lequel ils naviguent (pas de carte satellite et pas de fichiers Grib) et ils vont devoir apprendre ? g?rer, sur trois semaines, la navigation, la marche du bateau, les repas et les temps de repos.

Mais c?est apr?s cela qu?ils attendent tous depuis longtemps et ils ne seront plus jamais tout ? fait les m?mes : tous ceux qui ont fait un jour la Mini s?en souviennent ? jamais, ? l?instar des plus grands noms de la voile.

 

Pour m?moire, il faut rappeler que de grands marins, comme les fr?res PEYRON (Bruno, 12?me en 1977 et Lo?c 26?me en 1979), Michel DESJOYAUX (31?me en 1991), Lionel LEMONCHOIS( 11?me en 1989, 6?me en 1991, 4?me en 1995 et 32?me en 1999), Lady Ellen MAC ARTHUR (17?me en 1997? et 2?me du Vend?e Globe 3 ans plus tard !) pour ne citer qu?eux n?ont jamais gagn? la Transat et pourtant, quel palmar?s !

 

A bient?t,

 

Eric

Interview de DAVID du 04 octobre 2007

Voici le texte de l'interview accord?e par notre skipper Tr?portais, publi?e sur le site de l'organisation de course (www.transat650.org) :

Tout est ok pour David Le Carrou (Le Tr?port). Le bateau est fin pr?t et le gar?on est bien et clair dans sa t?te. Il sort de la douche (ndr, le gar?on pas le bateau !) s?asseoit et discute. On revient sur la pr?paration du bateau, la premi?re ?tape, le pass?. C?est parti...


La pr?paration ? : "J?ai achet? le gaz, les clopes et les fruits... C?est que tout est ok ! J?ai chang? mes batteries, achet? un autre panneau solaire et install? un petit ?cran de contr?le du niveau de mes batteries pour ne pas avoir le probl?me de la premi?re ?tape. Arriv? au Cap Finisterre, je suis tomb? en rade de batteries. Plus d??lectricit?, donc j?ai barr? et me suis mis dans le rouge plusieurs fois avec des hallucinations toutes les nuits. Aussi, deux fois je me suis impos? d?aller dormir 3/4 heures pour me reposer. Du coup, je suis un peu d??u de ma premi?re ?tape car je ne suis pas bien class?, alors que c?t? strat?gie c??tait nickel. J??tais dans les 10 au Cap Finisterre et j?avais bien n?goci? le golfe de Gascogne. Mais bon tout est ok maintenant"


La m?t?o ? : "Cela bouge beaucoup. Ce qui est s?r c?est que ce sera calme au d?part. Demain (vendredi) on saura au niveau des Canaries si cela vaut le coup de passer dans les ?les ou pas. Mais plus cela va, plus la m?t?o se r?installe convenablement. Il faut surveiller la d?pression qui est sur l?Afrique, c?est elle qui va mener le bal. Mais c?est clair qu?il va y avoir des tas de passages ? niveaux, des tas de possibilit?s pour se refaire".

Heureux ? : "Oui, car je suis bien content d?avoir laiss? derri?re moi le way-point de mon d?m?tage d?il y a deux ans ! Je suis super content d??tre au d?part de la seconde ?tape m?me si j?ai l?impression que c?est maintenant que commence la Transat 6,50. J?ai l?impression comme beaucoup d?autres d?ailleurs que l?on vient de faire une course pour prendre le d?part d?ici !".

C'est effectivement une nouvelle course qui s'?lance, sur un rythme qui sera forc?ment diff?rent : 3 100 milles ? parcourir, trois semianes de mer.

Alors que la premi?re ?tape a ?t? un sprint (7 jours, 12 heures et 21 minutes pour Ville du Tr?port), c'est maintenant l'Atlantique qui s'ouvre devant l'?trave des minis, avec des moments forts : tout d?abord le passage de l?archipel des Canaries puis des ?les du Cap-Vert, porte de passage obligatoire, le redout? Pot au noir, le franchissement de la Ligne et, enfin, l?arriv?e dans la Baie de tous les Saints !

La Transat commence v?ritablement maintenant et c?est pour vivre ce moment que les skippers ont tendu tous leurs efforts depuis plusieurs ann?es. M?me s?ils resteront en contact radio pendant toute la dur?e de la course, ils vont d?sormais entrer en solitude et ne plus faire qu?un avec leur bateau : un univers de 6,50 m le long et de moins de 3 m cube pour une travers?e oc?anique de 3100 milles !

Cette ?tape est la plus longue jamais courue en 30 ans d?histoire de la transat 6,50, mais les favoris en proto envisagent une travers?e en moins de 20 jours, comme Yves LE BLEVEC qui n?emporte de la nourriture que pour cette dur?e ?

 

DAVID, que j'ai eu au t?l?phone hier midi, ?tait pr?t et se concentrait sur l'analyse m?t?o. Les conditions du d?part sont tr?s molles, avec un vent de sud faible, le retour de l'aliz? ?tant attendu en d?but de semaine.

A ce soir pour des infos des premi?res heures de course

Eric

Mad?re, un peu d'histoire ...

Alors que les skippers profitent de l?escale pour remettre un peu d?ordre dans les bateaux ou, comme pour DAVID, effectuer les quelques r?parations qui s?imposent, un peu d?histoire (sur la base de documents GPO) :

 

Mad?re (en portugais Madeira) est un archipel compos? de l??le du m?me nom (797 km2) et de plusieurs autres petites ?les et qui constitue une r?gion autonome du Portugal, dont Funchal est la capitale. Situ?e ? 32? 38? de latitude nord, et 16? 55? de longitude ouest, Mad?re est un archipel d?origine volcanique au climat subtropical et ? la v?g?tation luxuriante, mais dont les sommets culminent ? 1300 m?tres.


Il est probable que Mad?re ait ?t? connue d?s l?Antiquit? (les Ph?niciens la connaissaient sans doute). Son existence est attest?e d?s 1351 sur un portulan de Florence et dans des documents g?ographiques arabes. Les premiers navigateurs portugais lanc?s dans les explorations maritimes organis?es par Henri le navigateur (Jo?o Gon?alves Zarco et Trist?o Vaz Teixeira) se r?fugi?rent ? Porto Santo (qu?ils nomm?rent ainsi en reconnaissance de leur sauvetage) en 1419 et en prirent possession au nom du roi du Portugal. Mad?re fut rep?r?e et abord?e l?ann?e suivante par Zarco, Teixeira et Bartolomeu Perestrelo, ? l?emplacement actuel du port de Machico.

L??le fut un point de rel?che important pendant l??poque des grandes d?couvertes. Christophe Colomb s?journa dans l?archipel, o? il ?pousa Felipa Perestrello Moniz, fille de Bartolomeu Perestrelo. S?jour important, puisque Felipa a pu faire conna?tre ? Colomb les cartes de son p?re, qui l?ont aid? dans sa d?couverte de l?Am?rique.

 

Le fait que Mad?re soit, en cette ann?e anniversaire de la Transat 6,50, le point de d?part vers l?Am?rique, est peut-?tre un clin d??il ? ces illustres anc?tres qui ont ouvert la voie des oc?ans !

 

Eric

Derni?re nuit au ponton...

Je vous ?crit ces quelques lignes avant de passer une derni?re nuit au ponton avec Rackham...

Derni?res ?tudes m?t?o avant le grand saut demain ? 13h02 heure fran?aise, dernier repas assis ? une table, derni?re douche ...

Cette escale ? Mad?re fut sympathique(photo du dernier barbecue) mais ce qui arrive va ?tre extraordinaire, une ?tape de 3000 milles en passant par les Canaries, le Cap Vert, le fameux Pot au noir avant d'arriver dans la baie de tous les Saints : Salvador de Bahia...

A tr?s bient?t, dans un mois...

David

La vid?o de la premi?re ?tape en ligne !

Vous pouvez voir un r?sum? de la premi?re ?tape en vid?o en cliquant sur le lien suivant :

http://www.dailymotion.com/video/x34ody_premiere-etape-transat-650-du-498_extreme

A bient?t

David

Le soleil de Mad?re

L'escale ? Mad?re se passe bien, le bateau et le bonhomme retrouve la forme pour repartir sur cette deuxi?me ?tape.

Le changement de batterie va se faire demain, les batteries au d?part de La Rochelle avaient vraisemblablement une capacit? r?duite de moiti? !

Un panneau solaire de 45w est vevu se rajouter aux 160 existant et un petit controleur de batterie est venu prendre place ? c?t? des autres ?crans de contr?le pour am?liorer et m'aider dans la gestion des batteries histoire d'assurer le bon d?roulement de cette seconde ?tape c?t? ?nergie...

Mes batteries corporelles se rechargent elles aussi en profitant du soleil bien pr?sent sur Mad?re.

La m?t?o du d?part commence ? se pr?ciser, la strat?gie des premiers jours de course ne va pas tarder ? ?tre d?cid?...

A bient?t

David

Une premi?re ?tape hallucinante !!!

Je suis arriv? hier soir (mardi 25 septembre) vers 0h00, apr?s 2 heures ? regarder la ligne d'arriv?e sans vent...mais avec un accueil digne d'un Vend?e Globe.

Ma course s'est bien pass?e sur la premi?re partie de la course pour traverser ce golf de Gascogne, en me pla?ant dans les dix.

L'atterrissage sur le cap Finist?re a commenc? avec une premi?re erreur, une h?sitation sur le choix strat?gique qui m'a co?t? cher en milles.

Apr?s c'est un choix de voile qui est venu envenimer l'affaire...Mon spi de brise (mon m?dium aris?) f?t tr?s p?nalisant et, vu que je suis t?tu, les deux nuits de brise furent catastrophiques avant que je prenne la d?cision d'envoyer mon code 5 en spi de brise, g?nial, super, excellent, si j'avais eu l'id?e plus t?t...

L'horreur est venue ensuite avec un probl?me d'?nergie...ciel trop nuageux pour mes panneaux, batteries pas au top. Ce qui se devait arriva, plus d'electronique et surtout plus de pilote...

Scotch? ? la barre des nuits et des jours entiers, mon bateau de solo s'est tranform? en bateaux d'?quipage puisque l'on ?tait r?guli?rement trois ? bord...et moi qui r?vait de 10 mn de sieste, eux ne voulaient pas barrer ! Je m'endormai r?guli?rement ? la barre et me reveillai pour donner le coup de barre qui ?vite le vrac !

La gestion du mat?riel et du bonhomme est tr?s importante, je remercie au passage All Purpose Rouen pour m'avoir fait des spis qui ont resist?s aux conditions et chalutage extr?mes, j'ai bien cru perdre deux ou trois fois un spi et le bout-dehors avec !

Je suis forc?ment d??u de ma performance (25/43) sur cette premi?re ?tape mais l'escale est l? pour supprimer les petits soucis et pr?parer la deuxi?me ?tape.

Je suis super content de l'exp?rience v?cue et cette fantastique descente sous spi du d?but jusqu'? la fin,magique ces surfs ? 10-12 noeuds qui durent plusieurs heures d'affil?e.

Etonn? de voir aussi que je peux rester 48h ? la barre, dans un ?tat second certes, mais de pouvoir un peu pousser la machine...

Je vous pr?pare une petite vid?o pour r?sumer tout ?a cette semaine.

A tr?s bient?t et merci pour tous vos courriers de soutien que j'ai re?u ? l'arriv?e.

David  

25 septembre 2007 - 21 h 40 : Mad?re en vue

Bonsoir ? tous,

 

A cette heure, DAVID devrait maintenant avoir franchi la ligne d?arriv?e de cette premi?re ?tape (ou sinon ne plus en ?tre loin), puisqu?au dernier pointage communiqu? par la direction de course ? 16 h 00, il n??tait plus qu?? 32 milles du but et naviguait ? une vitesse de 8 n?uds. Cela le place en 25 ?me place du classement s?rie, mais cela n?augure cependant nullement du classement final, d?s lors que la seconde ?tape, entre Funchal et Salvador de Bahia, sera beaucoup plus tactique que le sprint entre La Rochelle et Mad?re. En effet, la travers?e de l?Atlantique r?serve toujours des surprises, plusieurs options pouvant s?offrir aux skippers pour n?gocier au mieux la fameuse zone de convergence intertropicale (ZCIT sur les cartes), plus connue sous le nom de ? pot au noir ? (quand on voit les nuages mena?ants et les grains violents et soudains, on comprend mieux la d?signation de cette zone de convergence de syst?mes m?t?o).

Et connaissant bien DAVID, il aura une revanche ? prendre sur son r?sultat dans cette premi?re ?tape.

 

Comme le rappelle Denis HUGUES, Directeur de Course (et ancien ministe lui-m?me), la course n?en est qu?? son premier quart et la travers?e de l?Atlantique s?annonce cors?e, avec les ? passages ? niveau ? traditionnel de l?archipel des Canaries, du Cap-Vert et le franchissement du Pot au Noir? M?me si la performance intrins?que des bateaux reste tr?s importante, cela ne suffira pas forc?ment et l?exp?rience jouera ? plein (sans oublier ?galement un petit peu de chance).

 

Je pense avoir des nouvelles de DAVID directement demain et je pourrai vous en dire plus sur le d?roulement de cette premi?re ?tape.

 

 

Et puis un grand bravo ? V?ronique LOISEL, 10 ?me en bateau de s?rie et 2?me femme, ?, une heure de B?n?dicte GRAULLE : une jolie performance, mesdemoiselles.

 

A demain

 

Eric

24 septembre 2007 : Les premi?res arriv?es ? Mad?re

Bonsoir ? tous,

 

Comme cela ?tait attendu, tellement sa domination ?tait nette, Isabelle JOSCHKE remporte cette premi?re ?tape de la Transat 6.50, longue de 1 100 milles, en atteignant Mad?re en 05 jours, 15 heures, 33 minutes et 30 secondes, ? une vitesse moyenne de 8,11 noeuds !

Elle s?impose, comme vingt ans auparavant une autre Isabelle, ? l?arriv?e de la premi?re ?tape de Tenerife : Isabelle AUTISSIER.

 

ISA a de fait r?ussie la course parfaite, n?gociant toujours au bon moment les phases de transition m?t?o. Au gr? des empannages successifs dans des vents se renfor?ant continuellement, jusqu?? 30 n?uds, elle a port? son avance sur son dauphin, Samuel MANUARD, ? plus de quatre heures.

 

Pour tous les ?l?ves de l??cole LDM, qui ont d?couvert les joies de l?empannage en optimist sur le plan d?eau de Gamaches, imaginez la difficult? de la man?uvre sur un mini, quand il faut g?rer ? la fois la barre, le passage du spi et de la grand voile, sans oublier bien s?r les bastaques (c?bles qui retiennent le m?t sur l?arri?re), dans un vent soutenu ? plus de 10 n?uds : le moment est assez critique et demande pas mal de pr?paration en amont si on ne veut pas casser quelque chose dans la man?uvre.

 

Isa, interview?e ? son arriv?e, ? d?ailleurs d?clar? :

 

? Enfin bon, c??tait chaud au d?but quand m?me. Il y avait du vent, il fallait man?uvrer souvent. Il fallait faire tr?s attention ? ne pas casser le mat?riel. C?est ?a qui a ?t? le plus difficile : aller le plus vite possible, sans jamais contraindre le mat?riel. A chaque instant, quand tu rentres dans une vague, tu peux casser le bout dehors, d?chirer une voile. J?ai eu ce stress l? pendant 24 heures apr?s le cap Finisterre. Le vent est mont? assez fort, jusqu?? plus de 25 n?uds. Du coup, il fallait toujours adapter sa voilure. Et ?a c?est stressant. Si tu fais une b?tise, tu peux mettre en l?air ta transat. Mais pour moi, c??tait un sprint, un peu ? part de la transat. En tout cas, c?est les plus beaux jours de la saison que j?ai r?alis?. C?est clair, je n?ai jamais pris autant mon plaisir en mini ?.

 

A cette heure, ce sont donc 14 protos qui sont amarr?s dans le port de Funchal, Yves LE BLEVEC prenant la troisi?me place, deux heures derri?re Sam MANUARD. Le dernier arriv? est le belge Peter LAUREYSSEN, qui avait remport? la derni?re ?dition de la transat, en bateau de s?rie.

 

Pendant que les heureux marins qui ont d?j? touch? terre se reposent de la fatigue accumul?e tout au long de ces cinq jours de course (inutile de dire que pour atteindre ce niveau de performance, ils n?ont pas du dormir beaucoup ?), Ville du Tr?port et ce soir ? la latitude de Rabat, ? un peu moins de 200 milles de l?arriv?e : naviguant ce soir ? moins de 7 n?uds, amis avec un vent de nord-est de 20 n?uds attendu, il devrait toucher terre dans la nuit de mardi ? mercredi. Avant le d?part, il a bien ?tudi? avec son routeur, Herv? LAURENT, la tactique de l?approche sur Funchal, qui se caract?rise par un d?vent tr?s marqu? provoqu? par le relief volcanique de l??le. Cela pourrait lui permettre de reprendre quelques places au classement, pour compenser le d?ficit de vitesse pure de Rackham aux allures et dans les conditions de vent rencontr?es depuis le d?part (DAVID est ce soir 26 ?me au classement s?rie).

 

 

A demain,

 

Eric

 
Isa JOSCHKE ? Mad?re d?s ce soir

Bonsoir ? tous,

Alors que notre skipper favoris est au coude ? coude avec Francisco LOBATO, ? la latitude du cap Saint Vincent (cabo Sao Vicente en portuguais), pointe sud du portugual situ? ? la fronti?re avec l'Espagne, la talentueuse Isabelle JOSCHKE devrait couper cette nuit la ligne d'arriv?e de la premi?re ?tape, devant la ville de Funchal.

Le gros de la flotte d?boule quant ? lui sous spi dans un flux de Nord Nord Est bien ?tabli ? plus de 15 noeuds et devrait arriver en vue de l'archipel de Mad?re d?s lundi matin :  embouteillage de Minis en perspective !

Au classement communiqu? ? 14 h par le PC course, DAVID pointait en 24 ?me position, ? 365 milles de l'arriv?e. Il va lui falloir se battre pour conserver sa place devant le portuguais LOBATO, tr?s attendu ? Mad?re, o? il sera chez lui.

A demain

Eric

(Je vais essayer de r?soudre le probl?me d'affichage des news)

 
22 septembre 2007 : 4 jours et 8 heures de course

Bonsoir ? tous,

 

DAVID navigue ce soir ? la latitude de Lisbonne, toujours en 20 ?me position au classement s?rie. Le vent plus faible (moins de 10 n?uds) qu?il a rencontr? cet apr?s-midi devrait se renforcer dans la nuit, autour de 20 n?uds : de belles glissades sou spi en perspective !

 

Derri?re Isabelle JOSCHKE, solide leader de la flotte, les 88 autres skippers sont d?sormais ?parpill?s du nord au sud sur toute la longueur de la p?ninsule Ib?rique. Et alors qu?Isa est attendue ? Funchal d?s demain soir, les derniers sont encore emp?tol?s devant le cap Finisterre, soit pr?s de 600 milles derri?re ! (pour m?moire, un mille marin, ou un nautique comme disent les aviateurs, repr?sente 1 842 m?tres : c?est bon pour le calcul mental ?).

Nonobstant les diff?rences de potentiel de vitesse pure des bateaux (on ne peut en effet absolument pas comparer la performance du tout nouveau proto Finot men? par Isabelle JOSCHKE et celle d?un bateau de s?rie), il appara?t que le sc?nario bien connu de la course au large s?est encore r?p?t? : un passage ? niveau m?t?o se referme et ceux qui sont devant s??chappent irr?m?diablement. Sur une ?tape courte, le retard ne peut alors plus ?tre rattrap?, m?me si l?arriv?e sur Mad?re est toujours d?licate, avec un d?vent marqu? g?n?r? par les massifs montagneux.

 

Si Isabelle JOSCHKE marque de son empreinte cette ?dition de la Transat 6.50, il ne faut pas oublier les autres femmes engag?es dans cette Transat et, notamment, V?ronique LOISEL, actuellement 11 ?me en bateau de s?rie et amie de DAVID. Ing?nieur chez Arianespace, c?est sa premi?re Transat et elle en veut.

 

  

Eric

 

 

Merci ? l?organisation de course pour les photos de DAVID, au surf sous spi dans le soleil couchant, accompagn? des dauphins : c?est superbe.

 
22 septembre 2007 : Dans les aliz?s portuguais

Bonjour ? tous,

 

Ce matin, DAVID navigue d?sormais au large du Portugual ? une vitesse moyenne de 6,4 n?uds (un petit rappel pour les n?ophytes : pour convertir les n?uds en kilom?tres / heures, il faut multiplier par 2, puis retrancher de dixi?me).

Il ?tait au pointage de ce matin, ? 5 h 00, en 20 ?me position et se d?tache progressivement du paquet de 6 autres bateaux de s?rie avec lesquels il ?tait au coude ? coude hier : on peut lui faire confiance pour ne rien l?cher !

 

A l?analyse des conditions m?t?os attendues sur zone, il peut encore esp?rer accrocher un flux de nord sup?rieur ? 15 n?uds, tandis que derri?re le vent mollit. Pour autant, en vitesse pure, il lui sera difficile de revenir sur la t?te de la flotte. Il va falloir cogiter, r?gler sans cesse ses voiles et surtout ne pas commettre d?erreur dans les man?uvres. C?est en effet ? ce stade de la course (ou plut?t du sprint au rythme effr?n? que les minis imposent depuis mardi ? la course) o? la fatigue se fait vraiment ressentir et o? une erreur d?inattention est vite arriv?e. Et au planning sous spi, une telle erreur se paye cash : d?part au tas assur?, m?t dans l?eau, et avec bien souvent de la casse mat?rielle ? d?plorer.

C?est notamment ce qui a du arriv? au hollandais volant, KOEN van ESCH sur  KLM Flying Duchtman, qui a bris? son bout dehors (le long tangon qui suppporte les spis).  KOEN, class? jusqu?alors 5?me des voiliers de s?rie, a ?t? contraint ? une escale technique en Espagne pour r?parer.

D?autres bateaux de s?rie ont ?galement connus diverses avaries, comme le suisse Jacques VALENTE, arr?t? ? Gijon depuis plus de 24 heures sur rupture de barre, Sophie GUEROULT qui a perdu un panneau solaire (ce qui va rapidement limiter son ?nergie disponible, avec ses cons?quences : plus d?instruments et plus de pilote).

 

En t?te de la course, Isa continue d?imprimer son rythme : c?est elle la plus rapide, dans des conditions de vent et de mer pourtant acrobatiques : 25 ? 30 noeuds et forte houle. Les 250 milles par heures sont largement d?pass?s, ? pr?s de 12 n?uds de moyenne sur 24 heures (essayez donc de faire la m?me chose avec un bateau de croisi?re !) et seul Samuel MANUARD semble actuellement en mesure de suivre son train d?enfer.

Le classement des voiliers de s?rie est toujours domin? par St?phane LE DIRAISON. Son Pogo 2 Cultisol-Institut Curie pointe ? la 12?me place, mais d?j? 100 milles derri?re Isa : les protos de derni?re g?n?ration ne jouent d?cid?ment plus dans la m?me cour que les bateaux de s?rie (mais ce n?est pas non plus le m?me budget ?).

 

A ce soir pour de nouvelles infos,

 

Eric

 
21 septembre 2007 : le cap Finist?re est derri?re !

Bonsoir ? tous,

 

Apr?s quelques soucis informatiques qui ont retard? l?envoi de cette news, voici enfin des nouvelles de DAVID :

Notre skipper a doubl? le cap Finisterre dans la matin?e. Apr?s un changement de cap dans la nuit de mercredi ? jeudi (probablement caus? par un refus du vent), qui lui a fait perdre quelques places au classement, il se trouvait  en d?but d?apr?s-midi en 21 ?me position au classement s?rie (il ?tait ce matin en 17 ?me position du classement s?rie, sur 43 bateaux et 58 ?me au g?n?ral sur 89).

 

 

Ville du Tr?port navigue au milieu d?un petit paquet de bateaux, ? vue, sans pouvoir vraiment tenter d?option : chacun se marque et c?est dans ces moments l? qu?il ne faut rien l?cher, rester vigilant pour ne pas laisser ses concurrents s??chapper ? la faveur d?une ris?e ou d?une adonnante, alors m?me que la fatigue commence s?rieusement ? se faire sentir apr?s 3 jours de course au contact. Les skippers doivent en effet tout ? la fois g?rer les man?uvres, la navigation, les vacations radios, la prise des infos m?t?o en BLU, ?tre attentif aux autres bateaux (concurrents, bateaux de p?che ou navires de commerce) et ?tre capable de se reposer.

 

Le grand favoris de la classe, Francisco LOBATO, est cependant toujours loin en arri?re, alors qu?il ne nous avait pas habitu? ? une telle contre-performance dans les courses d?avant-saison : est-il victime d?une avarie, malgr? la pr?paration ultra-pouss?e de son Pogo ou bien m?me les meilleurs sont-ils susceptibles de commettre des erreurs tactiques ? En tout cas, c?est actuellement St?phane LE DIRAISON qui m?ne le bal en bateau de s?rie, s?offrant m?me le luxe de devancer nombre de protos !

 

Et les conditions m?t?o attendues vont encore accro?tre les ?carts, puisque si les premiers ? avoir franchi le cap Finisterre b?n?ficient des vents connus sous le nom ? d?aliz?s portuguais ?, de secteur nord et soufflant entre 25 et 30 n?uds, derri?re le vent s?oriente l?g?rement ouest, en faiblissant (moins de 10 n?uds attendus) : un passage ? niveau se referme et ceux qui auront  r?ussi ? s??chapper vont creuser l??cart avec leurs poursuivants. A ce petit jeu, la jeune Isabelle JOSCHKE, d?j? au large de Lisbonne, pourrait bien encore accro?tre son avance sur ses principaux rivaux, Yves LE BLEVEC et Sam MANUARD : sacr? talent, vu les pointures !

 

Les bateaux de s?rie, plus lents que les protos (et surtout dans ces conditions de vents portants), vont souffrir. Cette nuit sera probablement d?cisive. A suivre demain matin, au pointage de 5 h 00.

 

Eric

19 septembre 2007 : les premi?res 24 heures de course

Bonsoir ? tous,

Apr?s le convoyage retour du camion d'assistance et de la remorque du bateau (cannibalis?e d'ailleurs en grande partie pour former le ber qui permettra le rapatriement de Rackham le Rouge du Br?sil), les informations en provenance du PC course sont plut?t bonnes pour DAVID : il est revenu en 39 ?me position au classement g?n?ral, devant nombre de protos et se place 9 ?me en bateau de s?rie. Il devance notamment le grand favoris, le portuguais Francisco LOBATO de 15 places.

Ville du Tr?port doit porter toute la toile, puisqu'il maintient une vitesse moyenne de 7 noeuds, dans un vent plut?t faible, variable de 10 ? 2 noeuds : il est un des plus rapide en bateau de s?rie (mais loin des 9 noeuds atteints par les leaders au classement g?n?ral...).

Isabelle JOSCHKE, Isa pour les intimes (l'int?ress? se reconna?tra ;-)  ),  a repris le commandement de la flotte, juste devant le belge Peter LAUREYSSEN, vainqueur de la derni?re ?dition en bateau de s?rie et revenu cette fois pour tenter le doubl? en proto.   

Toutefois, les ?carts restent tr?s serr?s entre les bateaux. Seul un skipper, Xavier HAIZE (en proto) ? choisi une route plus sud que le reste de la flotte, pour tenter de contourner la bulle anticyclonique : si son coup m?t?o fonctionne, il pourrait franchir en t?te le cap Finist?re. A suivre ...

Pour info, la galerie photos de la Transat est en cours : encore un peu de temps pour tout trier et rattacher ...

A bient?t

Eric

 
18 septembre 2007 : en route vers le Br?sil !

Apr?s une attente de 48 heures, caus?e par un font d?pressionnaire se d?pla?ant rapidement sur le golfe de Gascogne, les 89 skippers de la Transat 6.50 ?dition 2007 se sont ?lanc? ce midi (? 12 h 38 exactement) en direction de l'?le de Mad?re, escale de la premi?re ?tape de la transat.

Contrastant avec l'ambiance festive qui r?gnait sur le village de la course ce week-end, ce matin les concurrents semblaient beaucoup plus concentr?s, impatients de prendre enfin la mer. Pour beaucoup d'entre-eux, c'est l'aboutissement d'un long projet, de plusieurs ann?es d'efforts et de sacrifices et la concr?tisation d'un r?ve.

David a une revanche ? prendre, une cad?ne de hauban d?fectueuse l'ayant contraint ? l'abandon lors de la derni?re ?dition sur rupture de son m?t. Revenant avec une exp?rience accrue, il a l'ambition de finir bien class? cette ann?e.

Les conditions m?t?o attendues dans les prochains jours (vent de Nord Est de 15 ? 20 noeuds, molissant toutefois dans la journ?e de demain) sont id?ales pour les minis : planning sous spi garanti !  A ce rythme, le golfe de Gascogne devrait ?tre vite aval? et, d?s le cap Finist?re par?, le sprint va se poursuivre le long des c?tes espagnoles et portugaises en direction de Funchal.

Le classement communiqu? ce soir par le PC course n'est pas tr?s significatif (m?me si les favoris sont effectivement devant : Samuel Manuard et Yves Le Blevec en proto ou Francisco Lobato en s?rie), l'?cart entre les bateaux ?tant tr?s faible : les skippers naviguent ? vue. Apr?s le premi?re nuit, le options devraient commencer ? se dessiner, ? moins que tous aient choisi le m?me parcours pour d?golfer au plus vite ...

A demain pour de nouvelles infos.

 

Eric

Transat 6.50 : d?part report? !

Bonjour ? tous,

Le d?part de la Transat 6.50 a du ?tre report? pour cause de conditions m?t?o d?favorables : un tr?s gros coup de vent est attendu sur le golfe de Gascogne dans la soir?e de lundi, avec un bon force 6 avec rafales ? 9 annonc?. Ce flux de Nord-Ouest aurait alors cueilli les 89 marins au milieu du golfe de Gascogne, un golfe r?put? muscl? lorsque la houle Atlantique rencontre le plateau continental et l?ve alors une mer forte et tr?s form?e. La derni?re Transgascogne l'a d'ailleurs d?montr? ! 

Eric Mas de M?t?o Consult confirme : ? Il est certain que le vent sera fort ! On sait qu?? 80% c?est ce syst?me l? qui va arriver. En plus la mer va venir s?en m?ler. Elle sera d?j? de 2 ? 2,5 m?tres et viendra s?associer une houle Atlantique de 3 m?tres ?. La situation attendue dans la nuit de lundi ? mardi est un vent avec des rafales ? 40/45 n?uds de Nord-Ouest (plus de 90 km/h), et une mer pouvant atteindre les 5 ? 6 m?tres.

Les organisateurs n?ont donc pas voulu prendre de risques et envoyer les 89 minis affronter du tr?s gros temps, avec un risque de casse majeur d?s le d?but de la course.

Le d?part devrait donc ?tre donn? soit mardi soir, soit mercredi matin, selon l??volution de la m?t?o.

En cons?quence, seul un prologue a ?t? couru dimanche, avec un d?part donn? entre Fort Boyard et l??le d?Aix (ligne de d?part de la Transat), de fa?on ? permettre aux tr?s nombreux spectateurs et sponsors d?assister quand m?me au spectacle de 89 mini en course.

Apr?s un d?part du bassin des chalutiers de La Rochelle ? 6 h 00 du matin (dur, le r?veil, surtout apr?s une soir?e de f?te, sans la pression du d?part !) et un long convoyage jusqu?au c?l?bre Fort Boyard, le d?part du prologue (couru en ?quipage, avec Vincent et moi-m?me), a ?t? donn? ? 11 h, sous un soleil de plomb, au milieu de tr?s nombreux bateaux spectateurs.
Ville du Tr?port ? pris un bon d?part, se pla?ant notamment devant des grands favoris comme Yves LE BLEVEC sur Actual (proto), Isabelle JOSCHKE sur D?gremont Synergie (proto) ou Francisco LOBATO (s?rie). Toutefois, le vent, d?j? tr?s faible, est progressivement tomb?, obligeant le comit? de course ? annuler l??preuve apr?s le passage de la premi?re bou?e au vent. Le retour vers La Rochelle s?est faite en grande partie en remorque, afin de pouvoir arriver avant la fermeture de l'?cluse..

L?annulation du prologue nous a permis d?en profiter pour effectuer un dernier car?nage (c?est Vincent qui s?est d?sign? volontaire pour plonger, au milieu des m?duses, pour passer un coup d??ponge) et de constater que certains points ont encore besoin d??tre corrig? avant le d?part de la Transat. M?me quand on croit que tout est pr?t, il y a toujours quelque chose ? corriger ou fiabiliser sur un bateau de course, fusse t-il de s?rie.

A bient?t pour de nouvelles infos, d?s que l'organisation de course nous aura pr?cis? les conditions m?t?o attendues.

Eric  

Les enfants de l'?cole LDM au d?part de la Transat

Deux classes de l'?cole LDM ont fait le d?placement du Tr?port pour venir supporter DAVID : une quarantaine d'enfants, entour?s du directeur de l'?cole et de leurs instituteurs, ainsi que de plusieurs parents d'?l?ves, ont ainsi pu vivre, de l'int?rieur, l'ambiance si particuli?re du d?part d'une Transat.

Apr?s avoir coll? dans la grand voile de Rackham le Rouge le dessin s?lectionn? ? l'issue du concours, les enfants ont pu voir le bateau amarr? au milieu des 89 autres concurrents et poser des questions ? DAVID.

Le soutient apport? par les enfants de l'?cole LDM a ?t? particuli?rement remarqu? par les autres skippers et par le public, les enfants reprennant tous en coeur "Le Tr?port, avec DAVID, Le Tr?port, avec DAVID" ! Il ?tait impossible d'ignorer l'engagement des petis ?coliers au c?t?s de notre skipper !

Lorsque une petite fille de l'?cole ? remise ? DAVID des photos qui avaient ?t? prises lors du collage du dessin, DAVID a eu du mal ? cacher son ?motion et ces photos l'accompagneront jusqu'au Br?sil.

Pendant toute la Transat, les enfants vont suivre la progression de DAVID sur l'Atlantique, avec des moments forts comme l'escale ? Mad?re, puis le franchissement de la ligne mhytique (l'?quateur, avec toutes les traditions qui s'y rattachent), puis l'arriv?e dans la Baie de tous les Saints !

Apr?s le retour de DAVID en France, il viendra ? l'?cole LDM pour faire partager sa course, ses ?motions aux enfants.

 

Eric

LE DEPART APPROCHE

Samedi  8 septembre 2007

La pr?paration se peaufine dans le bassin du village de la course, l'essai des voiles, l'ajout d'un panneau solaire, les contr?les de s?curit?, les diff?rentes r?unions, tout ?a fait en sorte que les journ?es sont courtes...

C'est comme ?a pour tout le monde, le village ressemble ? une fourmili?re... Heureusement le soleil est au rendez-vous !

La pression monte tout doucement ...

A bient?t

David

ps : Bienvenue au petit Martin et f?licitation ? Christine et Nico